Une maudite grande cour à déblayer

Je vous l’ai déjà dit, la météo c’est un peu la vie et puis c’est tout. Depuis ce billet-là, d’il y a un an et demi, j’ai connu, grâce à ma belle-soeur, un site de météo pas mal plus précis pour moi en région microclimatique que MétéoMédia qui ne savait me satisfaire (surtout pas à la télé, où il m’offre rarement Trois-Rivières, qui de toute façon n’est qu’une vague indication pour chez nous), AccuWeather. On y trouve mon village (!), et le site dit généralement la vérité… ou à peu près (si vous n’arrivez pas à trouvez des prévisions fiables pour votre région, essayez-le! Oui bon c’est en anglais, mais au moins ça peut être en métrique, et les petits symboles sont plutôt universels!).

Récemment, de toute façon, j’ai cessé de m’informer des prédictions. À quoi bon? (Hier MétéoMédia parlait de 20 centimètres par endroits… on en avait déjà eu 20, on en a eu un autre 20 durant la nuit, et ça continue depuis…!) De toute façon, chaque matin, je le vois bien, le temps qu’il fait, et le thermomètre m’indique clairement combien de pelures rajouter sous mon mateau et ma salopette pour partir promener Tango et être au chaud (mais pas trop: au début de chaque hiver je m’habille toujours un peu trop (j’oublie!) et je reviens comme si j’arrivais du sauna!). Beau temps, mauvais temps… bah, on fait de notre mieux pour profiter de ce qui passe. C’est pas comme si le potager en dépendait: on vient à peine de le perdre sous la neige pour de bon!

Pas besoin de consulter la météo par contre pour savoir ce qui se passe un peu partout (à Montréal surtout…): Twitter me le dit (du moins à moins qu’il ne se passe rien, mais en hiver c’est plutôt rare!)! Et ce matin, j’ai su quand la neige de Montréal a cessé, j’ai su que le mercure montait, comme ils disent, qu’on craint de la pluie verglaçante tantôt. Tout ça sans poser la question (sans que ça me soit imposé non plus, je l’ai juste appris au passage, c’est juste drôle). Mais pendant tout ce temps-là (et avant: depuis hier midi!), ici, chez moi, de mes fenêtres, rien n’a changé, tout est blanc de blanc. Ces photos que vous voyez… sont en couleur. Et depuis ce matin mon cerveau fredonne en empruntant la voix de Fred Pellerin et les mots de Manu Trudel et Renée Houle (mais je mélange les couplets)…

Là-bas, la neige est brune

Icitte, la neige est bleue

Là-bas, tout le monde connaît personne

Icitte, tout le monde en connaît deux (…)

Y a pas d’parking où c’qui faut payer

Mais t’as une maudite grande cour à déblayer(…)

Pour marque-pages : Permaliens.

3 réponses à Une maudite grande cour à déblayer

  1. Manon dit :

    J’avoue il était temps que la neige s’installe pour vrai et recouvre le potager!!!

    Notre annuel d’hiver au chalet avec les enfants est sauvé! Yé!

    À moins que tout fonde d’ici 10 jours!!!

    • vieux bandit dit :

      J’te dirai pas ce qu’AccuWeather nous annonce ici à la fin de la semaine d’abord! 😉

      C’est les lits du potager, qu’on voyait encore jusqu’à la semaine passée, pas le sol, quand même! (Non mais les urbaisn pourraient croire…)

      Là je souhaite un peu de vent pour que les branches ne finissent pas par casser et pour que l’Homme n’ait pas à s’occuper des toîts!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.