Pommes, pommes, pommes

Les pommes, chez nous, sont incontournables. Autant les humains gobent de bananes (de vrais singes nous sommes), autant il est impensable de manquer de pommes: Tango en souffrirait! (Et alors, bonjour les grands yeux humides et coucou la culpabilité épouvantable!) Je vous avais raconté qu’il en avait une par jour? (Mais oui, et ça fait plus de deux ans!) Eh bien il en a deux maintenant, une le matin et une le soir, mais il les partage avec nous (qui en gobons un bout…). L’arrivée des pommes du Québec (en boisseaux, en caisses, en mannes, appelez-ça comme vous voulez, mais en quantité!) était donc fort attendue chez nous!

Une partie du boisseau ira à Tango, une autre sera transformée. Mais aucune partie n’en a été cueillie par la campagnarde. Eh non. Parce que la campagnarde, à son grand désespoir, n’est JAMAIS allée aux pommes, pouvez-vous le croire? (En fait elle s’est rendue, une fois. Elle était en retard sur une saison qui s’était prise d’avance, et elle a dû acheter ses pommes, quelle déception, plutôt que de les cueillir!) L’histoire commence avec un épisode de Passe-Partout (je revois d’ici l’imper de Passe-Partout) qui provoque des fantasmes de grimpage dans les échelles (j’avais pourtant déjà le vertige, mais bon: si Passe-Partout était capable…!) et de tournage de pomme pour les cueillir doucement, une à la fois. Dans ma région, des pommetiers, oui, mais pas de grands vergers (et encore: pas de pommetier chez nous!). Le fantasme de la jeune campagnarde reste donc inassouvi, entre autres parce que ses parents ont une exploitation agricole (lire… d’autres choses à faire!).

Plus tard? Ma mère travaillait avec des jeunes, elle était de ces sorties-là, alors y retourner avec fifille la fin de semaine, bof. Ensuite des chums qui ont été aux pommes mille fois, qui trouvent ça plate. Puis un Coco qui y est amené par la garderie puis l’école plusieurs fois (revenant, au début, avec des horreurs tombées par terre il y a des lustres, parce qu’on ne l’a pas laissé grimper et que visiblement les choses ont été mal expliquées: pauvre chou! Ah mais c’est suite à une de ces sorties que j’ai décoré ma première citrouille! Et heureusement, à cinq ans, on n’en demande pas trop à sa belle-mère novice!). L’Homme qui fait de son mieux pour y aller avec moi, mais c’était l’année où on est allés trop tard. Et là? Le comble! Ma mère qui me dit être allée aux pommes avec ma tante la fin de semaine dernière! Pendant que je suis loin et énorme!

Comprenez donc que bébé_bandit sera amené, de force ou de gré, dans tous les vergers que je croiserai! On fera semblant que c’est éducatif et tout, que c’est pas du tout pour combler un manque chez sa maman carencée! (Je dirai à l’Homme d’expliquer ça à bébé en privé, question de sauver les apparences.)

Taggé , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

8 réponses à Pommes, pommes, pommes

  1. manon dit :

    haha! J’aime ça, maman bandit carencé en visite au verger!!!

    Nous on aime ça les vergers point à la ligne, alors on y va une fois par année.

    • vieux bandit dit :

      😉

      Tu sais, y a certains trucs de mon enfance sur lesquels j’ai lâché prise. Me viens en tête une promesse brisée par mes parents de m’amener à l’Oratoire Saint-Joseph (c’est correct, j’ai pas de carence à ce sujet, merci!)! C’est pas l’hisoire ou la religion que je voulais voir: c’est la grosse bâtisse bizarre sur la seule montagne de la ville (chose qui, en soi, m’a beaucoup surprise en arrivant en ville! Une seule montagne! On en avait deux et demi sur notre terrain, nous!) que je voyais de notre balcon quand on a déménagé dans le béton.

  2. Hi hi! C’est presque incroyable!
    Moi j’y vais même seule tellement j’aime ça!
    C’était justement au programme hier. Et ça le sera demain… et mercredi… 😉

  3. La Marmotte dit :

    Mais c’est qu’il est chanceux votre Tango!

    Ça me fait justement penser que c’est la deuxième année où je n’ai pas le temps (ou que je ne prend pas le temps?) de faire un saut aux pommes, alors qu’on adore ça tous les deux!

    Si ça se trouve, nous irons faire notre cueillette toutes les deux avec un petit dans les bras l’an prochain! (Bon, le mien va peut-être courir partout mettons…)
    C’est-y pas génial ça!

    Ça donne le goût de faire une croustade, tiens…
    Ou la recette de compote à Mémère…
    Mmmmmm!

  4. Ping :Compote de pommes | Les campagnonades

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.