Grande visite (ou: finir le travail commencé)

Il y a cinq ans, un couple de grands pics (Dryocopus pileatus, Pileated woddpecker) nous avait fait savoir que trois de nos mélèzes matures devaient être abattus. Au lieu de les brûler carrément en bûches, nous les avons transformés en quatre lits de culture. Ils abritent maintenant des pivoines, de la lavande, des géraniums, alouette. Mais aussi mon ruisseau d’ail! Récemment, un grand pic (un des mêmes? Je l’sais-tu!) est venu nous signaler que les mélèzes ont beau être bords de lits plutôt qu’arbres verticaux, les insectes, eux… sont encore là!
C’est une belle visite, d’autant plus que le suif n’a finalement jamais attiré chez nous ces beaux pics-là.
Autre motif de réjouissance: pendant que j’écris ces mots, mon fils de même pas deux ans et demi est arrivé, a vu les photos, et a dit DEUX PICS GANDS! (Il voyait deux photos.)

Que ça a l’air doux, ces plumes-là!
Quels genres de dommages peut faire un grand pic? Voici un érable à sucre qui pouvait prendre facilement deux ou trois entailles au printemps… et auquel il est arrivé, très vite, ceci… (Évidemment, les insectes que le gran dpic a cherché et trouvé là avaient déjà fait des dommages, mais une ignorante comme moi n’en savait rien de rien jusqu’à ce que l’arbre majestueux se transforme en gruyère!)
(Photos du pic par l’Homme.)

Taggé , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.