Fuite de fuite

Je ne vous en ai pas parlé quand c’est arrivé. Ben non. J’étais trop occupée à éponger! Ah le beau printemps hâtif et chaud qu’on a eu, n’est-ce pas? Ah oui. Au point que le toit de la maison s’est couvert de glace avant de tenter de fondre tout d’un coup (enfin, le toit n’a pas fondu, mais…). Résultat… de la pluie dans la chambre d’amis. Ben oui. Acheter une maison qui a du vécu, c’est aussi ça parfois. Ça quoi? Ça… une campagnarde en panique qui arrache presque la moulure pour voir d’où ça vient cette eau-là. Quelques après-midi (pas de matins: fallait que le soleil atteigne ce côté et réchauffe le toit) à remplacer des serviettes sur le bord de la fenêtre, les faisant sécher en attendant de les réutiliser en rotation intensive. Un Homme qui grimpe finalement sur le toit (donc un Homme qui m’inquiète!). Et au final? Rien. Ou plutôt, maintenant on sait qu’il y a un pépin là, quelque part. C’est peu concluant, n’est-ce pas? Mais c’est que, justement, le printemps a été spécial, et qu’il est bien possible que cet écoulement, on ne le revoie plus jamais. Ce qui, oui je sais, n’empêche pas le pépin d’exister! Oui. Mais ce que je comprends, après un an de vie campagnarde et surtout de vie de propriétaire de notre logis, c’est qu’on ne peut pas tout faire tout de suite tout le temps. Ce qui… semble plutôt donner raison aux adultes de mon enfance, finalement. Et vlan dans mes dents!

Pour marque-pages : Permaliens.

4 réponses à Fuite de fuite

  1. Manon dit :

    Hum tout un printemps!!!

    L’auto enlisée, le toit qui coule. Y a-t-il eu autre chose?

  2. Lucie Gaudreau dit :

    Bonjour Campagnonades,

    Dis-donc, pour ta fuite, si cela t’intéresse, Monmâledamour est excellent en construction. Si tu m’envoies quelques photos et des détails de l’incident, je peux lui en parler et il pourra peut-être établir un diagnostic.

    Faudrait voir…

    • vieux bandit dit :

      Coucou Lucie,

      Ah que ça doit être pratique, un tel Homme! 😉

      Pour les photos, c’est pas mal ça: ça coulait dans le cadre de fenêtre. Le toit est en pente, au-dessus, côté ouest, et couvert de glace à ce moment-là. J’ai pas de photos prises sur le toit… je ne vais pas là!
      (C’est pas que je veux pas d’ide ou que je veux pas savoir ce que c’est, le pépin; c’est que je sais que les priorité$ s’alignent et se bousculent, et que no way qu’on va toucher à ce mur-là ou au toit cette année!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.