À propos

Les campagnonades

Les campagnonades sont le visage Web d’un projet de vie, le mien, le nôtre. Après des années de rêve et de travail acharné, les chats, le chien (adopté d’avance mais gardé par nos meilleurs amis) et nous nous sommes finalement installés à la campagne (québécoise, bien sûr, et en Mauricie, mais tout près de Lanaudière). Et pas n’importe où! Dans (en fait… à l’extérieur de!) mon village natal, quitté en… 1982. Nous nous installons, en néo-ruraux, dans une grande maison qui a besoin d’entretien, sur un assez grand terrain qui a aussi besoin de nos soins. Nous nous lançons dans l’aventure la tête remplie d’idées, comme si tout ce que nous avions vécu jusqu’ici n’avait pour but que de nous y préparer. Le 16 mai 2009, date à graver dans notre mémoire familiale, date du grand dérangement (final, j’espère!).

L’idée des campagnonades ne m’est pas venue du ciel. Elle m’a plutôt été inspirée par un site magnifique, utile, pétillant de vie, bâti avec amour et humour par une amie d’ami, une consoeur et une créatrice admirable : Martine Gingras et ses Banlieusardises. C’est même Martine qui a proposé le titre du site sur lequel vous vous promenez!

L’auteure

L’auteure des campagnonades (euh… moi!) est Helene Jutras, alias vieux bandit. Sur la toile depuis longtemps sous une forme ou une autre, blogueuse avant que le mot n’existe, auteure (d’un pamphlet en 1995 et d’un roman en 1999), traductrice (pigiste et à la maison!), relectrice mais aussi grande lectrice, amoureuse de la nature et de ses êtres.

Après un baccalauréat en droit, Helene (oui, sans accents!) a gravité dans plusieurs sphères… généralement meublées de cubicules gris. D’un cabinet de traduction à un fonds de capital de risque en passant par une université, elle a travaillé dans plusieurs bureaux avant de se rendre à l’évidence : si elle peut faire ce qui doit être fait dans un bureau, ce dont elle a besoin, c’est plutôt de gérer son propre travail et ses propres projets. Elle a fait partie, depuis son lancement et pour plusieurs années de l’équipe du magazine Le Jardinier d’intérieur/The Indoor Gardener, et a été rédactrice en chef de Pousse Vert/Green Thumb, un magazine bilingue portant sur le cannabis médicinal (et ne renfermant aucune pitoune à poil!).

Elle s’amuse aussi beaucoup dès qu’elle a un appareil photo en main, et a eu la chance d’exposer en solo en 2004. Geek qui s’assume (et ne trouve aucune traduction juste pour ce mot), elle aime la science-fiction, les gadgets (mais seulement s’ils l’aident à être plus efficace… selon sa définition bien personnelle!), trouver réponses et solutions. Pour le reste… vous le découvrirez au fil de vos lectures!

Pour joindre la campagnarde, vieuxbandit[@]gmail.com (retirez les crochets et le tour est joué!). Une note à ce sujet: la campagnarde a beau traduire, relire et réviser, elle ne vous juge pas selon les phôtes que vous commettez, et elle commet aussi ses propres erreurs, alors ne vous en faites pas (oui, pour que je ressente le besoin d’ajouter cette note, il a fallu que plusieurs amis m’avouent leur peur… Avoir peur d’un vieux bandit campagnard? Non, non, non!)

Les protagonistes

Les chats. Trois matous sont déménagés avec nous. Il s’agit de Moocah (noir à poil long, mon trésor), d’Esteban (tigré roux et blanc, mon ange) et de Tao (poil long crémeux, mon bébé, et le frère d’Esteban). Une minuscule chatte venue de l’extérieur (Zia la jolie) a décidé de se joindre à notre famille depuis. Et encore une (Maïna, la chatte de la Puce)…

Le chien. Un labrador noir, Tango, s’est ajouté à notre famille à l’annonce de notre déménagement campagnard. Y a aussi la bergère Roxy.

Le Coco. Un grand jeune homme qui (gulp) achève l’adulescence, que j’appelais Petit Coco mais qui dépasse son père de quelques centimètres, fait de moi une belle-mère depuis qu’il a quatre ans. Un adulescent comme on n’ose pas en rêver.

La Puce. Mon (notre) petit brin de bonheur en forme de bambine.

Le Pou! Notre timinoulou, arrivé fin 2015!

L’Homme. Papa du Coco, de la Puce et du Pou, jardinier passionné, DJ à ses heures, mon Homme est sans doute le seul anglophone du village.

Le vieux bandit. C’est l’auteure, la campagnarde, la re-néorurale et elle en a assez dit!

Détails techniques

Les campagnonades fonctionnent sous WordPress et sont revêtues du thème Mantra (longtemps, ça a été Gotham News de WooThemes). Elles sont hébergées par HostGator (au départ j’avais opté pour un service plus local, iWeb, mais j’ai eu des problèmes vraiment douteux et suivre les conseils d’un de leurs employés avec qui j’ai clavardé a directement causé l’infection de mon ordinateur de bureau (bravo)). La migration (ainsi que l’application de toutes les solutions aux problèmes que j’ai connus!) a été réalisée avec rapidité et professionalisme par Daniel Lalonde, dont je vous recommande chaudement les services.

Le titre du site a été composé avec la police Aajax Surreal Freak. Les fleurs de la bande de titre et du favicon sont tirées de la police Saru’s Flower Dingbat.

Je ne retouche aucune de mes photos. Si je le fais je vous le dirai. Je ne fais que les recadrer, puisque j’ai opté pour des photos [généralement] carrées.

Pour le moment, j’ai des difficultés avec les espaces insécables, et la typographie (à mon avis) s’en ressent. J’ai choisi de lancer le nouveau design au début juillet 2014 pour qu’il convienne à toutes les plateformes, même si quelques pépins restent à régler.

© 2009-2017, Helene Jutras

Print Friendly, PDF & Email

6 réponses à À propos

  1. Ping :Bonheur | Les campagnonades

  2. Ping :Parlons de photographie | Les campagnonades

  3. shawna dit :

    salu.t,

    j ai aussi trouvé une recette de savon tout usage 100% bio! La vielle recttes de survie:

    couvrir une chaudière de cendre et laisser la une semaine.

    filtrer et répéter l opération.

    Ajouter a la mixture de le seve de connifère en faissant bouillir l eau avec des épines.

    Et voila une bonne texture savoneuse avec des proriétés lavantes et désinfectantes.

    Ma variante pour le corps: Faire son lait d avoine en faisant chauffer l eau avec l avoine jusqu a la consistance voulu et filtrer.

    Le lait d avoine est aussi un trait bon hydratant pour le corps et le cheveux.

    Bio, pas cher et sans produit chimique!!

    Bon test!xx

    • vieux bandit dit :

      Faut juste faire très attention avec cendre + eau; ça crée de la soude caustique, un produit assez dangereux (et assez dur pour la peau aussi selon ce que je lis; mais c’est dans les plans!)!

  4. Beau et riche blogue ! Merci beaucoup, Hélène.

Répondre à shawna Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *