Potager, troisième partie

Le petiti potager fait, le deuxième prêt, à mon tour d’entrer en action! Armée de plants de tomates choisis par ma mère, d’autres plants achetés et de semences retrouvées, ma truelle à la main, le couvre-campagnarde bien en place, me voilà prête à planter, pour la toute première fois, un véritable potager chez moi!

Très franchement… je n’y connais rien. J’ai de bien grandes connaissances théoriques en jardinage (surtout en hydroponie…), ayant traduit et relu une quantité phénoménale d’articles sur le sujet, mais… Bon. La campagnarde que je suis s’est lancée, un peu n’importe comment (hé, ho, quand même, j’ai mes propres gants de jardinage, je ne suis pas si nulle! Ouais, bon…). Ne sachant trop quel outil me fait encore défaut, j’ai formé des sillons à pleines mains, et j’ai planté comme je le pensais (suivant bien sûr les instructions quand il y en avait: prise seule en plein air, moi, madame, je me cherche de la lecture!). J’aurais bien voulu des variétés étranges, n’avoir que des semences paysanes et bios, mais j’ai bien dû me rendre à l’évidence: je suis une débutante et le temps me manque (tout comme l’espace!). Il daudra attendre l’année prochaine et les suivantes pour faire de plus en plus à ma guise. Voici donc le résultat, qui comprend des oignons rouges un peu n’importe où parce qu’une fois la motte défaite dans un bol d’eau, je me suis bien rendu compte de la quantité d’oignons que j’avais acheté… et bien rendu compte par le fait même de la grandeur du potager qui serait nécessaire pour nous nourrir toute l’année (car des oignons rouges, moi, monsieur, j’en achète beaucoup et souvent!).

  • Deux rangs de tomates ‘Monte Carlo’.
  • Deux rangs de tomates rouges ‘Fantastique’, l’un ayant à son extrémité un plant de basilic ‘African Blue’.
  • Un rang de tomates cerises rouges ‘Sweet Millions’.
  • Un rang de carottes (en semences) Nantes Écarlate.
  • Un rang d’oignons rouges.
  • Un rang de piments rouges ‘hybride New Age’ (honnêtement, je n’ai aucune idée s’il s’agit réellement de piments ou si on parle plutôt de poivrons… ce sera une surprise!).
  • Un rang de poireaux (surprise, beaucoup plus facile de séparer les plants de poireaux que d’oignons, mais j’avais l’impression de faire du microjardinage ou d’être une campagnarde géante!).
  • Un rang de concombres et de concombres anglais (attention aux racines, je sais!), avec des oignons rouges entre les plants.
  • Un rang de basilic à grandes feuilles, parsemé de, vous l’aurez deviné, plusieurs oignons rouges!
  • Un rang d’ail et de radis ‘Cherry Belle’ (l’ail en bulbe, les radis en semences).

C’était déjà tout et le potager était déjà rempli. D’où mon idée de (faire) rotoculter un autre carré pour des pommes de terre et un autre encore pour du maïs. Mais entre vous et moi? Je comprends maintenant qu’il me faudrait transformer le terrain entier en potager, et y passer mes journées (quelques heures, ça va, mais plusieurs jours? N’y songez pas!) pour subvenir à tous nos besoins. Et que des tomates, nous en mangerons, encore et encore! Du moins… si je leur trouve des tuteurs!

Taggé , , , , , , , , , , , , , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

6 réponses à Potager, troisième partie

  1. Superbe! Si tu veux de folles variétés de tomates, l’an prochain, fais-moi signe 😉 D’ailleurs, il me reste encore quelques beaux plants à donner, mais je doute qu’on puisse se voir à temps pour que tu les mettes en terre (genre… maintenant?)

    • vieux bandit dit :

      C’est pire que tu penses: non seulement je devrais partir d’ici pour chez toi au retour de l’auto vers 18h, mais il faudrait aussi leur rotoculter un espace! Mais pour l’an prochain, je serai aux aguets (et l’Homme sera promu: il deviendra Rotoculteur-Man! (ça me donne des idées de costume, oulala!))!!

      J’ai bien hâte de voir grandir mon basilic ‘African Blue’: je veux faire du pesto mauve! (Même si je serai la seule à vouloir le manger!) 🙂

    • vieux bandit dit :

      J’envie ton système d’arrosage, et on devra en concevoir un pour ici. Pour le moment… je n’ai aucun robinet extérieur! Solution la plus facile que j’envisage, récupérer l’eau de pluie des gouttières au coin de la maison, car c’est ce qui se trouve le plus près du potager (un tel système a déjà existé sur un côté de la grange, qu’il faut réinstaller). En fait, solution vraiment la plus facile, pour laquelle je prie un peu: la pluie! Le temps menace mais à peine quelques gouttes tombent!

  2. Ping :Jalapeños du jardin! | Les campagnonades

  3. Ping :Cool Vegetables Garden images | Super Gardening Tips

  4. Ping :Le potager 3.0 ose courir des risques | Les campagnonades

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.