Limace

En général, j’aime pas mal tout ce qui est vivant. En témoignent les toiles d’araignées chez nous, qui ne sont pas un symptôme de paresse, mais de laisser être (de temps en temps je me tanne, et les arachnides doivent reconstruire; je n’ai eu aucune plainte encore). En témoignent aussi les insectes que je repêche des flaques, verres et espaces aquatiques pour les enfants. Et les écureuils que je trouve quand même plutôt sympathiques. Bon y a les criocères (je n’ai plus de lys, je n’en vois plus) et les doryphores (rien sur les pommes de terre, ou presque, mais les cerises de terre et les tomatilles mangent toute une claque) qui me plaisent fichtrement moins, j’avoue. Mais les limaces? Ouan. Chu pas sûre, les limaces. Rien contre les palourdes, les huîtres et les escargots, d’autres mollusques, mais les limaces… (c’est pas que je les tue, ou que je leur souhaite du mal, là, mais… euh… ouache?)
Dès que je pense à ce mot-là je pense à la côte Ouest, que je n’ai jamais visitée, mais qu’un ami avait parcourue à vélo. Sa description des limaces géantes (non: gé-an-tes) continue de me traumatiser presque 20 ans plus tard. La bonne nouvelle c’est que j’ai très peu de problèmes avec les limaces au jardin. Bon, elles ont tué des boutures de chèvrefeuille (j’en ai refait d’autres et je les laisse pousser avant de les mettre en terre) et j’ai parfois dû en chasser de mes jeunes asperges, mais rien de terrible. Rien pour me faire chercher une manière de toutes les éliminer de mon potager. Celle de la photo n’est pas une menace: elle était en pleine forêt.

Voulez-vous un renseignement à la fois fascinant et, somme toute, dégueulasse? (Source)

Au printemps, les limaces et les escargots qui se nourrissent des nouvelles feuilles des arbustes produisent un faible son qui est perceptible par l’oreille humaine. Après avoir passé l’hiver à l’abri, ils rampent à l’extérieur en quête d’un environnement humide où ils pourraient vivre. L’humidité et le paillis favorisent la reproduction des limaces et des escargots.

On trouve d’autres faits étranges sur les limaces ici, mais en anglais. Par exemple que leur sang est vert…Faque… ils servent à quoi, ces gastropodes (terme qui signifie «estomac» et «pied» en latin. Le pied, situé sur le ventre, leur permet de se déplacer; même source que la précédente) hermaphrodites? De bouffe. Les marmottes, les salamandres, les crapauds, les couleuvres et certains oiseaux et insectes, notamment les fourmis, les mangent. Et puis les limaces aident à la décomposition de la végétation (tant que c’est pas votre potager qui y passe, hein…). Voilà ce que je vais me répéter pour apprendre à les aimer.

Print Friendly, PDF & Email

Taggé , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *