Lierre terrestre

De petites fleurs mauves à travers la pelouse (et ici autour du jardin d’eau), fort hâtives? Du lierre terrestre! (Glechoma hederacea, Ground ivy)
Il survit à la tonte, pour qui chercherait un couvre-sol florissant, aromatique et parfait pour les pollinisatrices. Et je suis pas mal certaine que c’est lui qui tapisse la pelouse de la faculté où j’ai étudié: un mois de mai de jadis, il m’avait beaucoup impressionnée tout autour d’un bâtiment historique où je devais entrer pour la première fois, pour une entrevue. C’est très drôle d’y repenser: c’était en 1994, le Coco n’était pas né, je ne connaissais pas encore son père… je ne connaissais rien aux plantes et j’arrivais partout avec beaucoup d’avance de peur d’être en retard. Pauvre grande ado anxieuse et crispée, va! C’est phénoménal à quel point je suis cette personne-là… en même temps que plus du tout.
Ce n’est pas vraiment un lierre: il appartient plutôt à la famille de la menthe. Et justement, il est comestible (en salade ou cuit) et on peut en tirer une infusion (poivrée, apparemment). Et c’est pour ça qu’on en a ici: il ne s’agit pas d’une plante indigène, mais d’une introduction qui s’est naturalisée. On l’a utilisé dans la bière avant le houblon, et pour le fromage à la place de la présure — du moins wikipedia me le dit.
Comme toute menthe, il peut apparemment être envahissant. Mettons dans un potager, là – ça serait problématique. Ici, il est loin des potagers, et il pourra se propager longtemps avant de m’embêter. Il vit bien à l’ombre, aussi — et doit même y être magnifique, avec sa floraison!

Print Friendly, PDF & Email

Taggé , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *