De l’insignifiance

L’été, mes coléus vont dehors.

(Voyez-vous l’intrus? C’est un avocatier,
et il est super heureux au centre d’un gros pot rempli de coléus.)

On dit de la floraison du coléus qu’elle est insignifiante, de peu d’intérêt. Qu’il vaut mieux la supprimer, puisque c’est le feuillage du coléus qu’on veut mettre en valeur.

L’été, mes coléus vont dehors et je les laisse envoyer vers le ciel leurs hampes florales aux dizaines de petites fleurs. Devinez un peu pourquoi…

C’est que les colibris boivent leur nectar! Ils et elles boivent à chaque petite fleur le long de la hampe. Le voilà, l’intérêt de ces fleurs! (Du moins à l’extérieur!)

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.