Cuisiner avec une bambine

Je ne vous raconterai pas de menterie: j’ai mes qualités et mes défauts, et un de ces défauts c’est que je tiens à ma productivité de façon assez acharnée (parfois je me dis que c’est parce que je n’ai que ça…). Quelqu’un d’autre dans ma cuisine, déjà, ça me stresse souvent un peu. Après tout, j’ai trois projets en cours à la fois (en moyenne…) et leur progrès parallèle dépend de mon organisation et tout ira bien si seulement vous pouviez aller par là-bas, cesser de vouloir m’aider et me laisser faire mon affaire (ah je peux jaser en même temps, pas de problème). Sauf qu’évidemment, avec ma bambine qui pousse et qui veut faire comme sa mère, la patience et la souplesse sont des apprentissages que je tente d’améliorer et douceur (chez moi!). Y a des mamans qui ont ce don, déjà. La mienne l’avait, et l’amie Marmotte l’a aussi. Elles peuvent faire plein de choses avec l’enfant sans que ça semble compliqué. Moi? Moi je trouve ça compliqué. C’est plus long, c’est tout croche (parfois c’est pas grave: les pizzas avec tous les champignons d’un côté, je les mets au four avec à peine quelques modifications!), c’est salissant (la farine sur la plancher de la cuisine, c’est pas mon bonheur).
141027 013N’empêche que ma fille veut voir et toucher et sentir et goûter. Et c’est génial. Depuis longtemps elle peut toucher (quand je veux bien) à plein de textures, de la farine à la pâte à pain en passant par le sucre. Et je suis pas méchante non plus: tantôt elle a voulu goûter à du jus de pomme (chez nous le jus acheté, c’est non, et le jus fait est plutôt… spécial!) et je lui en ai fait avec quatre pommes, clic clac patatrak. Eh bien elle a goûté et pas du tout aimé ça (aucune surprise là…). Passons. Bref l’autre fois je me suis lancée dans les tartes aux pommes. Et ma petite bonnefemme m’a laissé faire la pâte tranquille, en posant des questions, sans plus. Quand j’ai sorti le rouleau à pâte, là… elle a voulu tout savoir. Le comment, le pourquoi, le… moi aussi.

J’avais prévu le coup! J’ai acheté un éplucheur de pommes, un truc qui se vend à peine plus de dix dollars. Je l’avais testé, j’en étais satisfaite. Et j’ai appris à ma fille à s’en servir. Elle avait aussi pour tâche d’aller chercher les pommes un peu plus loin. Et elle a, toute seule, actionné la manivelle pour peler assez de pommes pour 4 tartes (et plus!). Je m’occupais d’empaler les pommes, de peler ce qui restait et de les hacher, mais c’est elle qui a tout pelé. Avec une grande fierté.
141027 022Pour la prochaine étape, elle voulait le rouleau. J’ai accéléré ma cadence pour couvrir les tartes d’une autre abaisse, et je lui ai gardé toutes les retailles pour qu’elle s’amuse. Et devinez quoi? Elle était bonne avec le rouleau, cette puce-là! Elle avait observé, elle avait écouté, elle avait compris! Et elle a fini par faire… les ronds pour 11 tartelettes non prévues! (Qu’elle a ensuite refusé de manger, mais c’est pas plus grave!)
141027 030

Taggé , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

11 réponses à Cuisiner avec une bambine

  1. lyne lavoie dit :

    Voilà bien la différence entre être mère et grand-mère.Ici la popotte est prévue en fonction de Renaud quand il nous visite.Son dernier coup de main a résulté en « le meilleur pâté chinois de l’univers »dixit lui-même!Il en a mangé pour dîner et pour souper pendant 2 jours!

    • vieux bandit dit :

      Ouep. Ma mère en visite ne dit jamais non à la peinture, la pâte à modeler, les balles, les ci, les ça, et c’est parfait. Moi je dis non quand je ne veux/peux pas, quand mes priorités m’amènent ailleurs, etc. Que la grand-maman dise oui, c’est parfait! 🙂

      Sauf que si je disais toujours oui… les hommes auraient faim longtemps et on vivrait dans un bordel… ben… encore pire que maintenant! 😉

  2. Cuisiner avec avec un loupiot, c’est mon sport préféré! C’est sans doute la seule chose pour laquelle je démontre de la patience!

    Tiens tu parles de la Marmotte… ça fait longtemps qu’elle n’a pas donné de nouvelles sur son blog.

  3. La Marmotte dit :

    Non mais tu peux pas écrire des choses comme ça quand je suis « boostée » aux hormones! Les larmes me sont montées aux yeux!
    Faire la cuisine avec nos enfants, c’est une vraie fabrique à souvenirs! 🙂
    Pour les petites nouvelles, madame Spécialiste, mon grand garçon a maintenant 2 ans (et quart) et mes jumelles 9 mois (et demi). Ça grimpe, ça jase, ça joue… et surtout ça tient occupé! Après quelques mois de réflexion… on vient de reprendre le suivi en fertilité pour un dernier petit miracle!
    La maisonnée se porte à merveille. Je sens chaque jour que je suis précisément là où je dois être, et c’est parfait pour moi. 🙂

  4. vieux bandit dit :

    Bon là c’est moi qui vais pleurer. Je m’ennuie des discussions et des bonjours comme ça dans les commentaires! Avec FB, tout y passe, tout est évacué, aspiré: tout se fait là et tellement mal et de façon manipulée. Avec les aggrégateurs de fils RSS, avec les variantes des médias sociaux, personne (m’enfin) vient plus ici jaser un peu. Petit blogue a besoin de plein d’amour (vieille campagnarde en manque de… plein d’affaires… scuzez-la)!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.