Coquilles

D’abord, les oeufs. J’aime les oeufs. Les nôtres viennent d’une ferme toute proche: parfait! Et les coquilles? Ah là je suis une vraie faciste! Oui bon on peut composter les coquilles d’oeufs, mais mes hostas, vous avez vu mes hostas? (enfin, cet été, car ma mère les a coupés en prévision de l’hiver) Je ne le savais pas, mais j’ai de très nombreux hostas (ils étaient cachés par toutes les autres vivaces et par les foutus lupins envahissants — j’y reviendrai)! Assez pour passer l’été prochain à identifier les nombreux cultivars. Ah, les hostas! Des plantes faciles, comme je les aime (et en plus je me souviens du nom, fantastique! En latin et en anglais? Même chose: hosta!). Ma mère m’a dit de couper les tiges florales des hostas que je veux voir grandir en envergure, pour qu’ils affectent toute leur énergie à la croissance (moi? je me prélassais dans leur doux parfum, oui!). À part ça? Ce que je savais déjà: les hostas sont parmi les plantes préférées des limaces. Et contre les limaces? Ben voilà, les coquilles d’oeufs écrapoues, réparties tout autour! Les limaces s’y coupent (oui c’est méchant, mais mes hostas, mes hostas!) et en meurent (enfin c’est la théorie) déshydratées (désolée, falait pas toucher à mes hostas!).

Des limaces chez nous? Eh bien non. Ou du moins, pas tant que ça, car j’en ai vu à peine deux cet été, et que m’a mère me l’a confirmé: mes hostas n’ont pas été piqués. Qu’à cela ne tienne! Rien ne pourra empêcher la campagnarde éhontée de conserver l’hiver durant toutes les coquilles de la maisonnée! Le pire qui va arriver… ce sera qu’on en aura à donner! Une petite boîte de coquilles grossièrement moulues, ça vous dirait?
090831 112

Pour marque-pages : Permaliens.

8 réponses à Coquilles

  1. écrapoues s’écrit écrapoutes.

    C’est un coquille ?

    • vieux bandit dit :

      Meilleure chance la prochaine fois, pour les coquilles (et il y en a, même si je les traque!)! Je me réserve le droit à la liberté italique! Je passe mes journées à traduire et à relire pour que tout soit grammatical, syntaxique, beau et compréhensible, mais il me faut avoir un tout petit bout de vie où… me lâcher lousse!

      Sois heureux que je ne me sois pas trop laissée aller, car ça aurait donné écrapoutifitionnées, écrapoutisées, écrapoutisonnées… Et je n’aurais jamais fini. Quand l’hiver viendra, je t’expliquerai peut-être mon échelle du froid, qui part de frisquet pour aller à crissement frette en passant par frisquetton puis par frisquettontouillou! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.