Confiture d’argousier

Nous avons récemment eu le privilège de recevoir en cadeau une belle quantité de branches d’argousier (Hippophae rhamnoides, sea buckthorn) de Russie (le type d’argousier, là, pas sa provenance directe, qui est mauricienne et trrrrès locale pour nous!). Les baies poussent directement sur les branches. Or les baies, crues, sont absolument immangeables (non, vraiment!), contiennent un pépin énorme, et cachent des épines épouvantables et douloureuses le long de la branche. Ces baies, je l’ai constaté, ne veulent pas être mangées!Y a un truc, pourtant: congeler les branches. Après, on les frappe et les baies s’en détachent. Du moins c’est ce que nous a appris un ami qui s’y connaît… quand l’Homme achevait justement de passer des heures à libérer les belles baies une à une (c’est telllllement nous, ça!)! N’empêche que j’ai fini avec un bol énorme contenant 2,6 kg de baies. Des baies pratiquement non comestibles crues et à gros pépin, je le rappelle. Je me suis donc dit que pour conserver tout ça j’avais deux choix: la gelée, qui récupère le jus et élimine les pépins, mais qu’on n’aura jamais envie de manger ici (je le sais: j’ai plein de pots de toutes sortes de gelées, non mangées!), ou la confiture… et évidemment j’ai choisi la confiture, parce que je savais que je pouvais compter sur mon moulin Roma, hourra!
J’ai commencé par faire bouillir les baies, avec juste assez d’eau pour les couvrir, pendant 20 minutes. J’ai laissé refroidir avant de passer au moulin pour enlever les pépins (j’ai utilisé le filtre pour les baies, et coincé la vis sans fin dedans vraiment solide, finalement! J’ai appris que pour l’argousier, on prend ce qui sort la première fois: on ne repasse PAS les pépins et les pelures à nouveau!). Ensuite j’ai pesé la purée pour ajouter la même quantité de sucre, et ajouté le jus d’une tangerine. J’ai ajouté un petit sachet en étamine rempli de pépins de citron, que je gardais au congélateur. Pourquoi? Parce que je ne savais pas si l’argousier contenait beaucoup de pectine naturelle, et que je voulais mettre toutes les chances de mon côté (ainsi que justifier mon accumulation de pépins congelés, hé!). J’ai fait boullir jusqu’à 220 degrés F.
Quand tout a été prêt, j’ai mis en pots en laissant 6 mm d’espace, et j’ai mis en traité à l’eau bouillante pendant 10 minutes. J’ai maintenant plein de pots à offrir et à savourer.
Peut-être avez-vous pensé, en lisant, que j’avais utilisé beaucoup de sucre? C’est vrai… mais le résultat est une confiture très sucrée… ET très acidulée! Avec moins de sucre, je ne sais pas qui en aurait voulu ici. M’enfin, si on m’en redonne, je testerai cette option, ainsi que le truc de congeler les branches! L’idée d’un sirop est tentante également.

Print Friendly, PDF & Email

Taggé , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *