Parfum de lessive

Je continue à utiliser du savon à lessive liquide fait maison. En un an, je n’ai eu, en fait, qu’à en faire trois fois (et c’est rapide, maintenant!). La dernière fois, j’ai ajouté de l’huile essentielle de romarin, miam. Je pense à ça ce matin parce que le jeune adulte de la maison lave ses vêtements depuis tantôt… et se sert d’un produit acheté quand il vivait ailleurs, qu’il a l’intention de finir. (Je ne le nommerai pas, mais ça commence par G, ça finit par N et ça a quatre lettres. Et ça pue. Et toute la maison empeste!) Et ça me fait réaliser que j’ai développé une aversion puissante au parfum, aux odeurs ajoutées. Le shampoing qui fait des miracles pour les cheveux de ma fille (pour ses beaux cheveux longs et fins, on a besoin de miracles), passe encore, mais l’eau de toilette, la lotion après-rasage, les parfums des savons commerciaux? D’abord ça me met de mauvaise humeur (je mets alors du temps à cerner la source du problème), puis je finis avec de la nausée et des maux de tête (qui n’améliorent pas mon humeur). Il y a presque 25 ans, quand j’ai rencontré mon meilleur ami, il était comme ça (on changeait parfois de place dans les salles de cours de l’université à cause d’un parfum qui le dérangeait) et je ne comprenais pas trop. Maintenant je lui donne raison. Entièrement!

Obsolescence (programmée?)

Obsolescence (programmée?)

Ah, la campagne! Ce lieu magnifique (c’est vrai) où on s’installe avec bonheur (toujours vrai!) pour devenir un étrange (aux yeux des locaux comme aux yeux des urbains dont nous étions jusqu’au déménagement). Il y a quelques années, j’ai dû appeler Hydro-Québec parce que notre poteau électrique penchait… de plus… Lisez la suite