Citation: Carol Deppe et la résilience

Voici, en traduction libre, le début de The Resilient Gardener, de Carol Deppe. Ce bout de texte m’a complètement accrochée, et son auteure m’a conquise. Ceux qui le souhaitent peuvent plutôt cliquer sur l’image pour lire le texte original.

Jardinage et résilience

Pendant dix ans, j’ai pris soin de ma mère, âgée et malade, alors qu’elle était alitée et sombrait peu à peu dans l’oubli. Elle est finalement morte à la maison, en paix, ma main dans la sienne. L’expérience a valu la peine, mais ça a été ce que j’ai fait de plus difficile dans ma vie. À certains moments, mon potager et mon jardinage me procuraient un réconfort et une satisfaction immenses. Ils m’enracinaient. Ils m’apaisaient et me remettaient sur pied. Ils me rappelaient les bases. Ils me menaient régulièrement vers des moments et des espaces de contemplation, qui me permettaient de prendre du recul. Ils me donnaient aussi quelque chose à montrer et à raconter à ma mère qu’elle comprenait encore, qui lui donnait encore du plaisir. Elle adorait voir et toucher les fruits et les légumes délicieux, de couleurs vives, et m’écouter lui raconter ce qu’ils étaient et comment, exactement, je les avais cultivés. Elle oubliait les histoires, mais elle aimait les entendre. Et elle aimait encore bien manger. Des aliments vraiment magnifiques issus des variétés les plus savoureuses, récoltés à point et préparés de manière optimale : voilà un plaisir particulier. Ma mère a profité de ces bons aliments jusqu’à la fin. Le potager a