Redéfi de février: gravlax

Bon. Je vous ai dit que moi je suis de type Pinterest Fail. Et aussi que le défi de préservation des aliments pour 2017 me permettrait de refaire certains trucs laissés de côté pour cause d’échecs… Bon. Le gravlax. Du saumon non cuit, mais salé et sucré, transformé avec les heures. J’en avais fait, une fois, déjà. L’Homme avait refusé d’en manger parce que ça avait l’air cru. Ouin… ben… ça l’était. Parce que j’avais lu la recette, absolument adoré l’idée de sa sauce au wasabi, et que je m’étais empressée de la faire… vraiment tout croche. Comme dans… ratée de A à Z. Imaginez-vous un peu: j’avais fait mariner la chose… dans la sauce. Ah bravo, l’Helene. *Soupir* Alors voilà, découragée de mon incompétence (en lecture! Faut le faire!), j’ai mis l’idée de côté depuis quelques années (pourtant ici on adore le saumon, qu’il soit cuit, fumé, en sushi ou en ceviche!). Il a fallu ce défi pour un nouvel essai. Me botter le cul, c’était un peu l’idée. Et à mesure qu’avance l’année, je me rends compte que mes impulsions viennent tellement souvent de l’intérieur que ces défis que j’accepte cette année me donnent un répit: enfin, l’impulsion vient de l’extérieur et je n’ai qu’à me laisser inspirer! Pour ce gravlax, véritablement mon premier, j’ai lu quelques méthodes et recettes, et décidé de faire un peu à ma tête, mais en suivant quand même les règles de l’art.

J’avais un morceau de saumon (de qualité sushi)