Vacher à tête brune

Voici le tout premier vacher à tête brune (Brown-Headed Cowbird, Molothrus ater) que j’aie vu (de mémoire, du moins). Je l’ai reconnu tout de suite, mais je l’avais cru plus grand, parce que dans mes livres, il est souvent juste avant ou juste après le quiscale (et j’ai présumé entre eux une plus grande similarité), et justement, des quiscales viennent me visiter ces jours-ci.

Je pensais ne rien savoir du vacher, mais j’avais oublié que c’est lui (non, ELLE!) qui pond dans les nids des autres, les parasitant et… s’épargnant le trouble que c’est de couver, puis d’élever un oisillon. Et elle peut pondre 36 œufs en un été, cette mère peu responsable! Voici donc le mâle, ci-dessus, d’une espèce de… profiteurs. (Il est beau quand même. Et cette habitude irresponsable exige quand même pas mal d’intelligence, pour trouver le bon nid et en faire sortir un œuf et le remplacer.)

Taggé , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

6 réponses à Vacher à tête brune

  1. Lyne Lavoie dit :

    Le vacher à tête brune était un visiteur régulier et annuel ,ici,il y a une dizaine d’années. Mais maintenant on ne le voit que très rarement et très peu longtemps.

  2. Lyne Lavoie dit :

    C’est principalement dû au fait que les vaches sont de plus en plus rares en pâturage. Les vachers se nourrissent des larves contenues dans les bouses.

    • Campagnarde dit :

      AAAAAAAAAAAh! Effectivement, c’est pareil pour les fermes ici. Et je trouve ça ÉPOUVANTABLE pour les vaches. Ça me met dans une colère terrible (que les agriculteurs fassent ça ET que leurs conditions les y poussent/ »forcent »).

  3. Lyne Lavoie dit :

    Rendu là j’appelle çà de l’esclavage! Y a qu’à voir le bonheur d’une vache quand elle sort pour la 1 ère fois ,après un long hiver,pour comprendre la cruauté de les garder à l’intérieur à l’année. Ce que j’ai vu de plus absurde c’est de les doter de casque de réalité virtuelle pour leur faire croire qu’elles y sont! Non mais faut tu être dénaturé pas à peu près!

    • Campagnarde dit :

      Waou, en effet. Pauvres vaches. Ici on m’a servi du « elles ne veulent plus sortir », mais j’ai plutôt entendu « je ne veux pas faire cet effort-là en plus du reste » et compris qu’il valait mieux acheter du lait bio quand je peux, parce que les grandes coopératives ne sont que des groupes capitalistes qui se fichent du bien-être de leurs membres comme de leurs productrices. M’enfin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.