un soir

l’aorte qui bat
sur, sous, dans l’estomac
(je l’sais pas)
l’abdomen comme une cage
avec dedans un oiseau pris, qui se débat
(vivra, vivra pas?)
dans mon silence
deux battements coordonnés
mon cœur et encore mon cœur en décalé
à force d’espérer être choisie
j’ai fini épuisée
(dépit)
dans son silence
(mépris)
pas un départ
pas un son
une présence indifférente
borderline hostile
(en anglais, le regard devient étroit
his eyes, narrowed,
soudainement vers moi
(mais pourquoi?))
seule dans le silence je me couche
mes mains – non
pas sur moi
le sang bat de partout
mes mains le long
à gauche roule mon bonheur
pas cinq ans encore
roule vers moi
me cherche dans son rêve
pose sa tête sur mon oreiller
soupire, respire
(avant de s’endormir
il m’a dit
mom, I belong to you
et j’ai dit
oui)
à droite maintenant
mon vieux chat
trois sur mon oreiller
dans ses ronronnements
ma tête tournée vers lui
mon dos ma poitrine mon aorte en balloune mon ventre
tout vibre
entre eux la cage s’ouvre
(je respire)
je lui murmure Tao je t’aime
il pose sa patte sur mes lèvres

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.