Un mur qui voyage

Entre la cuisine et la salle à manger, une cheminée a été céramiquée (euh, enfin…). Impossible (n’est pas français, mais bon, presque impossible) d’y fixer un cadre… tiens, tiens… moi qui accumule depuis des années les plus jolies et étranges des cartes postales que nous recevons… et qui cherchais justement à ériger (laissez-moi rêver) un mur pour les afficher! Pas question de reculer, chez nous, devant les couleurs folles. Aussi bien transformer cette surface en foisonnement de souvenirs et de mots d’amis. Chacune des cartes a été plastifiée, question que le tout puisse être nettoyé (ah, l’expérience…). Un peu de gommette, et le mur s’est bâti peu à peu. Au sujet de la gommette… Pruneau et Cannelle, dans Passe-Partout, en avaient. Oh, je ne sais plus trop ce qu’ils avaient mis au mur — peut-être l’autoportrait de Pruneau fâché ou le calendrier pas-de-pipi de Cannelle. C’est ici que je vous rappelle que je suis née au bout d’un rang dans un petit village (peuplé d’irréductibles… non c’est pas ça)… la gommette, on connaissait pas ça. Mais j’ai toujours eu de l’initiative et de l’imagination: si les marionnettes à la télé ont de la gommette, moi, me suis-je dit, j’ai… de la gomme! Ce jour-là ma chambre est devenue une galerie d’art. Ce n’est que plus tard que mes parents ont demandé ce qui retenait au mur tous mes chefs-d’oeuvre… Ils n’ont probablement pas été fiers, mais ils auraient dû, bon!

090819 039

L’Homme peut se rassurer, j’ai maintenant accès à la fameuse gommette, et je trouve maintenant avantageux de ne pas avoir à la mâcher pour la ramollir avant l’usage. Pour en revenir à mon mur de cartes postales, j’y vois, sans ordre, des billets pour deux spectacles des Grateful Dead à Hamilton, qui viennent de l’Homme-pré-campagnarde, de nombreuses cartes envoyées de partout en Europe, quelques-unes des États-Unis, et même une du Pérou. Des cartes pas envoyées par la poste mais qui ont servi pour une note d’amis. Des invitations à des party et à des expositions. Des cartes publicitaires. Des souvenirs, vieux et récents, communs et personnels.

090819 040

Ce mur, c’est une place faite chez nous à nos amis absents. Ils voyagent, travaillent, vivent, mais ils ne sont maintenant jamais loin de nous. C’est un mur qui devient plaisir et souvenirs… et qui risque de déborder sur les autres bientôt (surtout si mon plan fonctionne et que la vue de ces photos stimule les envois postaux de partout, héhé!).

090819 029

Pour marque-pages : Permaliens.

7 réponses à Un mur qui voyage

  1. my REAL wall dit :

    This is great! Did you collect these yourself? Do you swap postcards?

    • vieux bandit dit :

      Most were actually sent to us; some we collected/found. Other elements aren’t postcards but stickers or tickets, laminated. I did sign up for a postcard swap, but my reality is that the post office is far (next village!), so I haven’t started yet. I should just get a bunch of stamps and figure out how much it is for each destination. But time, time…! 😉

      It actually is a matter of time!

  2. Mijo dit :

    J’adore ce mur coloré et voyageur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.