Un début de victoire tangible

Faire cohabiter un chien et quatre chats, tous adultes et sans expérience de cohabitation inter-espèces, c’est possible. Possible, mais pas toujours facile! Au départ, il fallait des progrès, et encore des progrès. Aujourd’hui? Des progrès… restent à faire! Cependant, la barrière (le mur de Berlin, comme je l’appelais) est chose du passé. On l’a remplacée par une simple corde, plus pour rappeler au chien que la frontière existe plutôt que pour le bloquer. La corde? On l’a enlevée quelques jours plus tard. Et maintenant, Tango vient passer un bout de soirée avec nous en bas chaque jour (enfin, soir, vous me suivez?). Tout va donc très bien… sauf qu’il faut en convaincre les matous, qui se poussent encore à l’arrivée du pitou. Zia? Ah, Zia, c’est différent! Zia est curieuse, et Zia est sûre de ses moyens. Zia voudrait bien jouer! Tango aussi, mais une fois en mouvement il fait peur à la puce. Ça viendra!

Au fil de nos débuts de réussite, j’ai même trouvé un avantage aux ronflements! Eh oui! L’Homme s’y adonnant parfois copieusement, il a habitué les chats à associer ce bruit à la tranquillité de l’être qui le produit. Résultat, quand Tango ronfle, les chats savent qu’ils peuvent venir nous voir sans crainte. Tao le fait comme Zia, et Esteban commence. Reste plus que Moocah. Mais le début de victoire tangible, vous dites? Mais je vous le montre, là sur la photo! Un Tango et une Zia, près l’un de l’autre (quand même!) et dormant à yeux fermés. Où ça, Zia? Mais camouflée, voyons! J’ai même publié la preuve ici! Pas ma faute à moi si la puce est une experte en camouflage! Hier soir, Zia était au même endroit et Tao sur la table basse devant nous. Tango s’est levé, a passé près de Tao (tout près!) sans rien dire, puis est allé voir Zia pour un peu de reniflage. Aucun stress nulle part!

Pour marque-pages : Permaliens.

3 réponses à Un début de victoire tangible

  1. Ping :Victoire: une mise à jour | Les campagnonades