Tuque

Au début de l’hiver, considérant ma situation de mère de famille célibataire et de femme frileuse d’âge moyen, j’ai déterminé qu’il valait mieux refaire ma vie… non pas en tant que femme frileuse d’un certain âge, mais plutôt… comme un jeune homme dans la vingtaine! 😛

Je blague et je me trouve drôle, mais j’ai fait comme bien des jeunes hommes (et jeunes femmes) et j’ai vissé une tuque sur ma tête, que je n’enlève pratiquement jamais (oui bon avant, j’avais souvent mon capuchon relevé). En fait je l’enlève quand, la nuit, j’ai trop chaud (et ça règle tout)­. Le jour, elle me tient au chaud, et je la garde. C’est si efficace que je ne suis presque plus qualifiable de frileuse! Finalement, pour la tuque, les jeunes ont absolument raison. (Maintenant qu’on m’explique les pantalons sous le boxer, parce que j’en vois encore, vingt ans après c’te mode-poche-là. J’ai encore envie de tirer vers le bas, mais là que je vieillis, je veux pas tellement passer pour une pervers mémère!)

Ce que *moi* toute seule je vois, sais et trouve hilarant, c’est que les cheveux qui poussent sous ma tuque commencent à avoir pas mal plus de gris (c’est pas difficile, je n’en avais pas!). Vieillir me dérange de certaines manières, mais les cheveux gris, pas du tout. (Fait longtemps que je prédis que les teintures folles vont bien mieux tenir sur du gris de toute manière! J’aurai peut-être un jour la tignasse mauve à nouveau, qui sait! 🙂

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.