Trèfle doré

Je vais vous parler de trèfle doré (trèfle jeune, trèfle agraire, Trifolium aureum, Trifolium agrarium, hop clover, yellow clover, golden clover). Vous allez me dire que vous n’avez jamais vu ça. Vous allez regarder les photos et me le répéter, jamais au grand jamais. Je vais vous affirmer que si, que c’est une plante très commune, qu’elle pousse partout, que j’en ai plusieurs talles sur mon terrain, des basses et des hautes, des petites et des grandes, qu’il est impossible que vous ne la connaissiez pas. Vous allez persister, faire faire le tour de la table à mes photos et me répondre que non, personne autour de vous ne connaît cette plante-là (allo Chantal et Diane!). Puis vous et moi allons aller nous promener. Je vais vous en montrer, juste là, à nos pieds. Et tout au long de la route. Et ici, plus loin. Et là encore. Et vous allez devoir l’admettre: vous en avez toujours vu, vous connaissez ça. Mais peut-être, tout simplement qu’en entendant trèfle vous avez imaginé les trois (ou quatre!) feuilles typiques de plusieurs trèfles bien connus. Franchement? J’ai fait un peu comme vous au départ. Parce que le livre que je lisais qui en parlait ne me montrait pas les photos dont j’avais besoin pour comprendre que c’est bien d’elle qu’on parlait, cette plante qui fleurit en petites boules jaunes qui sèchent en virant au brun avant de s’effeuiller (épétaler?) d’un simple toucher des doigts. Alors si mes photos ne vous disent rien, allez faire un tour sur Google Image et d’autres sites qui vous la présenteront différemment.
150722 023L’intérêt de ces fleurs? Ah, d’abord elles sont mellifères. C’est déjà beaucoup (ma fille a hérité de mon amour du miel)! Et aussi? Elles sont comestibles! Bien séchées, elles deviennent farine brune (vendue cher, mais comme la chose ne pèse rien, c’est beaucoup de boulot dans un petit pot!) qui sert de chapelure pour les viandes et les poissons blancs. La récolte se fait facilement, mais elle exige du temps. D’ailleurs le plus facile c’est de trouver les plants quand leurs fleurs jaunes sont bien visibles, et de retourner les visiter plus tard, à mesure que les fleurs deviennent brun foncé. Suffit ensuite de glisser une main presque fermée sur chaque fleur pour récolter sans prendre la petite pointe de tige au centre, qui a un but piquant. Vaut mieux avoir un contenant refermable aussi, car la récolte est légère. J’ai trouvé qu’un entonnoir à conserves planté dans le trou d’un contenant en plastique du genre pour les céréales constituait une solution idéale, me permettant de récolter à deux mains sans rien perdre même si le contenant tombait sur le côté. À vous d’improviser votre propre solution. Ensuite j’ai laissé tout ça sécher dans un bol, au soleil, derrière une fenêtre close, en prenant soin de retirer les petits bouts de tige et les feuilles qui s’étaient glissés dans le contenant.
150722 024Ha: vous venez de passer, comme je l’ai fait cet été, d’une plante non identitifée, voire inconnue (mais non je vous dis!), à un petit délice d’allure exotique qui fera écarquiller les yeux de vos invités. Ça me fait plaisir! 😉
150722 026

Taggé , , , , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

4 réponses à Trèfle doré

  1. manon dit :

    Pis le trèfle c’est bon pour le sol 😉

    Je l’avais trouvé aussi chez moi… mais pas pris le temps de la récolter même si je la savais comestible.

  2. DUCROCQ dit :

    merci de me communiquer les adresses ou en acheter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.