Thé des bois

Toute petite, je savais identifier quelques plantes sauvages près de chez moi. Les baies, évidemment. Mais aussi? Le thé des bois, ou gaulthérie couchée (Gaultheria procumbens, eastern teaberry, checkerberry, boxberry, American wintergreen). Aussi quand je suis revenue vivre tout près, je me suis dit en jubilant que j’allais en trouver à nouveau, et partout! Oui bon d’abord je n’étais plus aussi certaine de l’allure de la plante que dans mon enfance (la honte!). Mais quand même, je me suis (r)informée et je suis partie en chasse. Vaine, la chasse! Une fois, j’ai trouvé un endroit qui m’a fait penser à ses conditions de croissance il y a plus de trente ans, dans la montagne derrière chez nous, où je me promenais seule avec mon chien et longtemps. J’ai quitté le sentier pour m’aventurer… mais en vain toujours, avec cette fois le résultat que je suis tombée assez mal sur des pierres dont la mousse m’avait lâchée; et j’étais enceinte et invisible de la route, alors j’ai eu une belle frousse. Ma patience (et ma détermination butée…) a été récompensée cet été: du thé des bois j’ai trouvé! Et j’avais eu raison avec mon instinct/souvenir des conditions de croissance: c’est assez haut (en altitude) que je l’ai trouvée, ma gaulthérie couchée, sous des bouleaux et des conifères. Il n’y en a pas pour les fins et les fous, mais il y en a assez pour moi, qui ne cueille qu’une feuille sur trois ou quatre. Récolte dont je vous parle d’ailleurs maintenant parce qu’il est encore temps! Jusqu’à l’hiver on peut cueillir des feuilles de thé des bois pour en tirer des infusions le reste de l’année.

151119 012On peut faire sécher les feuilles à l’air, j’imagine. Au déshydrateur, c’est hyper facile et rapide, et toute la maison sent le thé des bois! On peut récolter et manger les baies rouges, aussi, qui ont la même saveur. La graine est comestible, mais la texture de la baie est pâteuse, farineuse, et j’ai préférer cette année garder les quelques baies trouvées pour en tirer des semences pour l’an prochain. Ah, je finirai bien par en avoir chez moi, du thé des bois!
151119 013Au fait, si on l’appelle gaulthérie couchée et que je tiens à ce qualificatif de couchée, c’est que j’ai goûté sur la Côte-Nord à une autre gaulthérie, hispide celle-là (ou petit thé), dont les baies bien cachées sont blanches et ressemblent à des Tic-Tac (!). C’est un ami innu qui nous l’avait fait découvrir, en nous disant que sa mère en tirait, dans son enfance, une confiture précieuse (miam, je n’en doute pas!).
151119 019Voici ce qu’en dit Larry Hodgson, du thé des bois comme… plante d’intérieur! Me voyez-vous venir? Je vais semer mes baies, pour voir si je ne peux pas avoir de petits plants cet hiver à repiquer dehors au printemps!

Taggé , , , , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

3 réponses à Thé des bois

  1. Céline Vallières dit :

    Bonjour
    J’habite Montréal et j’adore partir en excursion les week-end dans les forêts autour de chez-moi. Je cherche moi aussi le thé des bois car il me rappelle aussi mon enfance. Connaissez-vous un endroit où je pourrais aller y cueillir quelques feuilles?
    Merci
    Céline Vallières

    • Campagnarde dit :

      Non, puisque j’ai mis des années à en trouver près de chez moi et que je ne connais pas d’endroit public où la cueillettre serait acceptable dans les environs de Montréal. Cherchez cependant en montagne (pas les Alpes, là, nos petites collines québécoises!), sous un couvert forestier pas trop opaque… et bonne chance!

  2. Ping :Bardane — Les campagnonades

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.