Semis et réutilisation

Le grand moment tant attendu (euh… non pas du tout en fait: de très enthousiaste que j’étais, je suis passée à effarée et paralysée de peur, celle des premières fois. Oh, l’an prochain tout ira bien, je le sais, mais… je suis comme ça. J’ai réussi à vaincre ma timidité jadis maladive, mais pas mon angoisse devant les premières.), celui des semis, était enfin arrivé. J’étais prête. L’Homme m’a installé tables et néons dans le studio (ce que j’appelais ma salle d’art avant mais studio a l’avantage du bilinguisme…) qui n’est pas encore aménagé. Or ce studio est fortement vitré et peu isolé. On a donc procédé à l’achat d’un hygromètre et d’un thermomètre (faute de trouver les deux en un seul appareil: en région, il faut parfois se contenter de ce qui est offert, du moins si on n’a pas prévu le coup d’avance) qui ont une fonction minimum/maximum (qui nous indique le minimum et le maximum atteint chaque jour). Grand bien nous en a pris: le studio baisse encore à 5 degrés la nuit! Ouille, mes semis! Bon, plus trop le choix (si: changer d’endroit… re-ouille), on achète un tapis chauffant pour mettre sous les bacs de propagation. Les bacs… qu’on avait jadis en grand nombre, qu’on ne trouve plus (qui ont dû subir un sacrifice déménagique…)… qu’on rachète donc. Ajoutons le terreau (j’ai choisi celui de Canna, Terra, pour une raison un peu spéciale, qui est que l’entreprise est un de mes clients (mais le site comporte des erreurs ne sont pas les miennes!) et que j’adore la personne avec qui je traite aux Pays-Bas!)  Mais là, la campagnarde trouvait que ça commençait à faire cher, cette histoire de semis, qui vise justement l’économie! (Elle tente depuis de se calmer en se répétant que ces accessoires-là durereont bien plus d’une année.)

Ça suffit, j’ai dit! Plus de dépenses, on se lance! Et on retourne à la source, celle des mains dans la terre et du je vais patenter quelque chose pis ça va faire l’affaire! Dans quoi donc déposer mon terreau pour commencer ces foutus semis? Larry Hodgson parlait de pots en plastique, comme ceux de la margarine. Horreur: je déteste la margarine! Bonheur: on m’en a donné, de ces contenants! Suffira de percer des trous au fond. Et moi de trouver mon tapis de coupe, mon couteau et de me lancer. Ouin. Sauf que du petit plastique pas conçu pour être réutilisé, quand vous y mettez le couteau, ben… ça casse. Aux grand maux… la perceuse! Coup de génie, ça, parce que j’ai pu percer tous mes plats à la fois. Quin toi!

En passant… avec les semis, il faut parfois s’attendre à des surprises hors de l’ordinaire! Pour le moment, pas de surprise: l’orge pour les chats a germé le temps de l’écrire. Autres semis démarrés pour cette première phase: poivrons (plusieurs couleurs: on verra ce qui germe!), poireaux, piments (mélangés, alors je dépends aussi de ce qui germera) et piment ornemental, celui-là acheté par pur caprice (une nouveauté récente, c’est pas donné): je l’ai vu dans plusieurs magazines et je l’ai chaque fois remarqué. Et puis des semis de plantes annuelles, ça me semble être un maudit bon investissement!

Pour marque-pages : Permaliens.

28 réponses à Semis et réutilisation

  1. Manon dit :

    heu…

    c’est rare 2 billets le même jour de ta part.

    t’es certaine que ça va bien? lol

    • vieux bandit dit :

      Hahaha, en fait non! Je tombe de fatigue et j’en ai profité pour rédiger un peu. Et si j’ai l’habitude bien ancrée du cinq billets par semaine, c’est que je me limite! Sinon ça en ferait tant à lire que… ben, soyons francs, que TU ne pourrais rien faire d’autre de tes journées, et tu te lasserais, et là qu’est-ce que je ferais? 😉

  2. Manon dit :

    haha! pareillement 😉

    ici l’ordi est à côté de la table à langer…

    Chaque fois que je dois venir pour un changement de couche je vois ce qui s’est passé chez mes amis de la bloguosphere et je leur laisse un petit commentaire.

    C’est un peu comme si vous étiez dans ma maison… ça fait quelques adultes avec qui échanger au travers de mes journées d’enfants 😉 Vous faites partie de mon tourbillon!

  3. Manon dit :

    tu sais quoi…

    moi je ne te trouve pas si proche de la merde que ça!

    Ma plus vieille ayant eu une malformation de la dite place ou sort la dite chose, j’ai dû taponner dans ce coin pas mal plus qu’à mon tour pendant une grosse année avant qu’on sache qu’il s’agissait d’une malformation et qu’elle se fasse opérer.

    Je t’épargne les détails…

  4. Manon dit :

    en revenir au sujet de ton billet…

    Moi mère nature m’a toute mélangé ce printemps…

    Je me demande quand faire mes semi extérieur d’épinard, et de truc qui peut supporter un peu le gel (j’ai peur qu’on ait un trop gros gel un moment donné)

    • vieux bandit dit :

      Ouin je vois ce que tu veux dire: j’ai peu que le dernier gel arrive en avril et le premier en août! Mais bon j’ai choisi de faire comme si de rien n’était, en espérant que tout retourne à la normale.

    • Jiji dit :

      Manon: Je suis tout aussi mélangé que toi, mais je crois que je vais planter mes oignonets dehors cette semaine ou le weekend prochain. Je suis en zone 5, donc moins de risques de gel, mais rien n’est certain… De toute façon, je plante seulement ceux qu’il me restait de l’année dernière. J’en ai recommandé d’autres chez Horticlub que je vais planter à une date disons plus… saisonnière. Même chose pour la salade. L’ancienne propriétaire de ma maison a laissé des vieilles graines dans son cabanon. Les paquets datent de 2000-2001-2002. Je sais que normalement, c’est peine perdue, mais il pourrait y avoir de beaux petits miracles. Donc je les sème, et si ça pousse tant mieux, et si ça gèle oh well, on resèmera de nouvelles graines en saison.

      Vieux bandit: Pour les contenants, j’ai fait comme ma mère faisait, réutiliser tout.
      – Tout l’hiver, j’ai accumulé les cartons de 2L de lait, fait des trous rectangulaires sur le côté, dans le sens de la longueur.
      – J’ai également conservé les 2L de boissons gazeuses. J’ai coupé à 3-4 pouces du fond. Je vais garder le haut pour mettre sur mes plants quand je vais les transplanter au jardin. Ça les protège du froid et ça les réchauffe. Donc la partie du bas sert de contenant pour les semis. Des cinq bosses du fond de la bouteilles, je fais des incisions sur trois d’entre elles pour laisser passer l’eau.
      – Tu peux aussi utiliser les boîtes d’oeufs. Ceux en carton ont l’avantage de se biodégrader au jardin.
      – Pour les sous-pots, j’ai conservé les barquettes en styromousse des viandes/quelques légumes emballés. Les assiettes à tarte en aluminium font aussi l’affaire.
      – Et pour remplacer le dôme? Facile, suffit de mettre une pellicule plastique. Si elle ne colle pas parce que c’est une marque cheap, suffit de mettre un élastique autour.
      – J’ai finalement conservé tous les contenants en plastique rigide du genre litière à chat, lave-vitre, détergent, etc. Je coupe le fond et le dessus, et le contour protégera les plants transférés au jardin.
      – Si tu n’as pas le temps d’accumuler ça, gardes tes rouleaux de papier de toilette/essuie-tout, les boîtes de jus congelés, les verres de Subway/Tim Hortons/Starbucks/etc. Suffit de se débarasser de ce qui nuit à la forme cylindrique, et tu coupes le cylindre en genre de spirale, que tu pourras facilement insérer autour du plant. C’est moins efficace que les contenants de plastique parce que le carton se défait au contact avec la pluie, mais bon… Et quand tu arroses, faut essayer d’arroser autour du cylindre et non dessus…

      Voilà, j’espère que certains de mes trucs vont pouvoir t’aider! 🙂

      • vieux bandit dit :

        Merci pour toutes ces idées!

        Plusieurs ne fonctionneront pas ici (j’achète mon lait en sacs, je conserve les boîtes d’oeufs pour la ferme où je les achète, et les élastiques je les jette automatiquement parce que ça attire les chats et que ça peut s’entortiller autour de leurs intestins), mais d’autres oui: les rouleaux de papier de toilette (pas d’essuie-tout ici de façon générale, c’est de la gaspille), je les ai gardés depuis l’été! Ça sera parfait pour les concombres, par exemple, à cause de leurs racines fragiles: pas besoin de retirer, on plante en terre (mais attention, faudra retirer ou couvrir la partie du rouleau qui sort de terre ou l’effet de mèche assèchera tout!). Bonne idée aussi les barquettes en styromousse que j’accumule sans savoir qu’en faire!

        • Jiji dit :

          Pour les rouleaux de papier de toilette, je les utilise seulement à la transplantation au jardin. Faut pas oublier que je ne les utilise pas comme contenants; je les coupe pour que les cylindres « spiralent » (oui, oui, dans mon dico à moi, c’est un verbe :P) Donc je les enroule autour de mes jeunes plants de tomates et de choux pour en protéger la base le temps qu’ils s’acclimatent — puis les rouleaux finissent par se dégrader seuls avec la pluie.

  5. Manon dit :

    Jiji t’es chanceu(se)x (excuse-moi je sais pas si je m’adresse à un gars ou une fille!) de connaitre ta zone…

    Moi je me demande parfois si je suis en zone 4a, 4b ou ben 5…

    Je crois que ça dépend de l’endroit où je me trouve sur mon terrain!!!

    Je crois que je vais faire mes épinards ce week-end… si je me rappelle de mon bon Larry, j’aurais aussi pu les mettre en terre à l’automne, je vais aller vérifier ça.

    • vieux bandit dit :

      Oui, moi aussi, 4a, 4b, c’est pas hyper clair, mais je joue de prudence.

      J’ai laissé tomber les épinards: l’idée de la montaison et de ne plus en avoir passé la mi-été m’a plutôt fait choisir la better à carde. J’ai hâte!

    • Jiji dit :

      Chanceux 😉
      J’avoue que Jiji aurait pu être un surnom pour Ginette, mais non. C’est la prononciation française des initiales de mon prénom, J-J. Les anglos m’appellent Jay-Jay.

      Pour les épinards, je suis déjà tombé sur un blog où la jardinière disait que dans son cas, les premiers semis se faisaient dès que la terre se travaille, même s’il reste de la neige au sol. Tiens tiens, ça me rappelle qu’il y a encore de la neige (fraîche d’hier) dans ma cour…

  6. Manon dit :

    selon ton bon ami Larry, (que je suis retournée consulter son livre ce matin) il ne faut sous-estimer le besoin en température fraiche de l’épinard!

    Le semer dès qu’il est possible d’aller au jardin et faire quelque semi successif. Après les chaleur d’été, tu en reseme pour un récolte d’automne!

    • vieux bandit dit :

      Mais mon bon ami ne sait pas que mes lits ne sont pas encore bâtis ni mon compost acheté et inséré dans ces lits! Compromis, quand tu tiens la campagnarde…!

      (Et pour me consoler de mon manque épinardien, j’ai choisi la bette à carde toute colorée!)

      • Jiji dit :

        C’est vrai tu fonctionnes par lits!
        Ici, je m’étais dit que c’est ce que j’allais faire. Jusqu’à ce que je calcule mes affaires et que je me rende compte que je n’ai pas 800$ à y consacrer dans mon budget (pour 16 plate-bandes de 4 pieds par 8 pieds).

        Donc, en fin de compte, j’ai tout « faux-rounduppé » le gazon (marque de désherbant semblable au Roundup vendu chez Home Depot, qui n’ont pas de Roundup parce qu’ils sont maintenant devenus, à leurs dires, « respectueux de l’environnement »).
        Très efficace. J’ai fait la moitié du terrain le premier jour et après 2 jours de soleil, c’était jaune. L’autre moitié a pris 3 jours à jaunir, mais il y a eu une journée nuageuse au milieu de tout ça. Je présume donc que le produit agit aux rayons du soleil et que c’est la raison pour laquelle c’est « respectueux pour l’environnement ».

        Me voilà donc avec 1150 pieds carrés de gazon jaune. Bien sûr, la superficie jardinable ne sera que de 600 pieds carrés environ. Le reste, ça servira d’allées. Tout cela sera rotoculté, car j’ai commencé à la fourche avec mon copain et… pour faire un rectangle de 4 pieds par 8 pieds, c’est long (un après-midi) et éreintant (vive le Flex-O-Flex!) Mais bon, je ne pouvais pas attendre la location du rotoculteur — je devais semer mes pois.

        Je vais tenter de photo-documenter le tout quand je vais trouver le temps, car il me file entre les doigts comme les promesses de politiciens s’enfuient en courant aussitôt formulées…

        • Manon dit :

          Chez nous c’est en lit approximatif!!! Avec les allées approximatives!

          Entouré de pierres trouvées sur le terrain, rempli de feuilles mortes décomposées qui s’étaient accumulées dans notre fosset avec les années (ça prend pas tant d’années que ça) et de notre compost. Le tout « paillé » à l’aide de feuilles mortes « zioupées » au taille bordure dans le gros bac brun qui devrait servir en principe pour la collection des matières compostables!

          • vieux bandit dit :

            J’aurais bien aimé trouver des roches sur mon terrain… mais non. Les seules que j’ai sont petites (celles de la rocaille ne permettent pas vraiment de l’appeler rocaille!) et l’ancienne proprio en a fait de petites bordures pour certaines plate-bandes. C’est… peu réussi comme effet! (Le gazon s’y aventure, et la tonte ne donne pas un effet net.) Et on a trrrès peu de feuilles mortes aussi! (Un seul érable tout à l’avant — surtout des conifères sur le terrain.)

            Le Roundup et produits de rechange, j’y connais rien et c’est volontaire. D’ailleurs je suis très heureuse que notre terrain n’ait pas été entretenu pendant deux ans avant notre arrivée: ça fait déjà deux ans sans produits chimiques de gagnés! Oui, l’investissement pour les lits sera quelque chose… mais ils serviront longtemps, et j’aurai plus à me pencher autant. Mais ici, c’est aussi question de sol (très compacté, donc difficile même à rotoculter, et couvert de chiendent, qui repousse en grand après un labour — un concept que je refuse d’ailleurs maintenant!). Partir de compost « neuf », ce sera me faciliter la vie pour les décennies à venir! Aussi… je budgette serré! 🙂

            Ah oui: et comme j’ai choisi de donner la priorité au potager… on en est à repousser d’autres projets. Pas le choix! (Ou enfin c’est un choix entre le réalisme du métier qui rentre… et les illusions des nouveaux arrivants, que nous tentons de modérer!)

            (Ouille, la fourche! Tu ne me donnes pas du tout le goût d’essayer! Et pour photodocumenter… 1re étape: avoir l’appareil photo sur soi! :-))

  7. Manon dit :

    ah!

    Donc de la bette à carde pour commencer et ensuite après les récoltes hatives, tu pourras te mettre des épinards pour en manger à l’automne, car là les lits devraient être bâtis et remplis!

    • vieux bandit dit :

      Euh… tu sembles penser que j’ai beaucoup de temps à consacrer au potager… et c’est faux! L’automne passé j’ai peiné à tout récolter, alors re-semer pendant la culture, ouf, juste y penser me décourage. Mais si tu viens en cachette planter des épinards le moment venu, c’est autre chose! 🙂

  8. Manon dit :

    Ben non,

    tu laisses une poignée de graines à la volée quand tu ramasses le reste 😉

    3 secondes!!! et on verra

    • vieux bandit dit :

      Trois secondes… et un voyage + une dépense pour me procurer les semences! Juste aller à la jardinerie et faire un achat et revenir? 45 minutes! (Sans tenir compte du fait que je n’irai pas là pour un seul sachet, non: je voudrai me promener, humer, voir, rêver…! Bon, ça y est, tu me donnes le goût de me promener dans une jardinerie! Mautadine…)

      Quand je ne connais pas (par manque d’expérience), je stresse. Je trouve déjà que j’en entreprends beaucoup… alors je gère mon stress! L’an prochain, les épinards, l’an prochain! 🙂

  9. Manon dit :

    héhé!

    Hier j’en ai mis dans mon sauté de légumes et poulet servi sur vermicel de riz

    Tarzile a quelque recettes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.