Semences

En attendant le potager 2.0, j’ai lu et appris. Au départ, tant que tout était théorique, je me sentais de plus en plus savante. C’est quand je suis devant la pratique que tout se complique…

Quand on achète ses plants de légumes en jardinerie, on y perd en sélection et en sous, un sachet de centaines de semences co[utant moins qu’un seul plant. C’est facile à comprendre, alors je me suis dit depuis la fin de l’été passé que j’allais donc commander mes semences. Mais où? Je ne sais pas trop ce que j’ai fait, mais mes recherches ne me menaient qu’à des catalogues en ligne. Ils ont beau être forts pratiques, je débute, moi: j’avais besoin de catalogues papier, à feuilleter doucement, sur lesquels écrire des notes. J’ai fait appel à la banlieusarde pour avoir des pistes… et j’aurais dû m’en tenir à ça. Mais non: je suis tombée sur d’autres sources, j’ai commandé plusieurs catalogues. Au début, c’était génial, je les lisais en entier, marqueur à la main. Rapidement, par contre, je me suis retrouvée avec tant de choix que j’ai baissé les bras. De longues semaines de je devrais, je devrais donc suivies de semaines d’inaction. Et le temps qui file, et l’hiver qui fond! Ouf. Eh bien j’ai finalement pris le temps de prendre le temps la fin de semaine passée. Toutes mes semences sont commandées! Avais-je besoin de tant de catalogues? Eh non. J’ai choisi un fournisseur unique, question de me faciliter la tâche!

Je vous en reparle, bien sûr, le temps des semis venu! Et ce sera moins terrifiant que je le craignais: j’aurai de nombreuses semences à mettre en pleine terre.

J’insère tout de même une liste partielle de sources pour les semences, au cas où je serais frappée d’amnésie au fil de l’année, ou pour aider ceux qui, plus chanceux que moi, tomberaient ici à la recherche d’une liste semblable!

 

Pour marque-pages : Permaliens.

7 réponses à Semences

  1. Manon dit :

    🙂

    Bonne chance pour tes semis 😉

    • vieux bandit dit :

      Bon, ça y est: suffisait de me souhaiter bonne chance pour que je panique! Au secours! J’y connais rien!

      (Bon j’exagère… mais…! Enfin, l’Homme s’occupe des lampes et des accrochages de…)

  2. Jiji dit :

    Coucou!
    Je n’ai que 3 catalogues, mais j’ai quand même remis à plus tard jusqu’à ce soir. C’est que j’avais beaucoup de désirs et mes finances ne semblaient pas s’en aller dans le positif (argent à mettre sur le toit l’été prochain, agence de trad dont je t’avais parlé qui a finalement fait faillite…)
    Cependant, déclaration d’impôt remplie depuis hier soir, le beau montant du remboursement m’a redonné de l’espoir. Il y aura moyen de moyenner. Yééé!!

    Ce n’est cependant pas ce qui m’a arrêté, en date du 1er mars, je semais déjà:
    – échinacée
    – eryngium blue hobbit
    – lavande
    – poireaux
    – céleri
    – basilic (pour l’intérieur, car pour l’extérieur, ce serait trop tôt)

    C’est qu’il me restait des graines de l’an passé, surtout les fleurs que j’ai commandé seulement à la fin de l’été…

    • vieux bandit dit :

      Hier soir j’ai fouillé dans les autres catalogues… Disons que j’ai des idées pour l’an prochain! Si j’entrepose les semences correctement, je ne devrais pas avoir un gros achat à faire l’an prochain. Je te comprends d’avoir attendu, mais en même temps, on dépense un peu pour économiser gros aux récoltes! C’est toujours délicat, ces questions-là!

      Côté désirs, je me suis retenue. Pas tant pour les finances que parce que je n’ai pas oublié les efforts requis au potager. Hier je montrais à l’Homme nos futures cultures à même le catalogue et lui disais « ah, pas de x, pas de y? ». Heille, chose, c’est pas toi qui va cultiver, je le sais! 😛

      Le potager 2.0 en sera un d’apprentissage, encore. C’est avec le 3.0 et les suivants que je me permettrai des essais plus saugrenus. Quand même, j’ai opté pour de la couleur: la bette à carde rainbow, les radis, piments forts et poivrons de toutes les couleurs, etc. Ah mais voilà! Le potager 2.0 sera caractérisé par des essais colorés! 🙂

      Mes échinacées de l’été passé, non coupées, sont toutes réapparues, la neige ayant fondu, et les oiseaux ont fait un buffet de leurs semences. On est contents: de toute façon elles sont paillées et leurs semences auraient eu peine à germer. Pour les échinacées, je me suis retenue! Celles aux pétales verts me font capoter! L’an prochain!

      • Jiji dit :

        J’ai bien hâte de voir ce potager 2.0!

        Ici, je dois encore préparer le terrain, car tout est gazonné. Je vais devoir faire une analyse de sol, car je n’ai aucune idée du genre de sol qu’il y a sous cette pelouse. Si c’est glaiseux, je vais tout simplement faire un potager surélevé. Sans retourner la terre. Si le sol n’est pas trop glaiseux, je vais sûrement mettre du roundup pour tuer la pelouse… Je suis un peu contre cette méthode, mais je n’ai pas trop envie d’enlever 1000 pieds carrés de pelouse à la pelle non plus… Donc je devrais faire ça bientôt et attendre 3 semaines, puis une fois la pelouse enlevée, on passera le rotoculteur 😉

        Si je me souviens bien, vous n’aviez pas eu ce problème de pelouse où vous avez fait le potager, car il n’y en avait pas? Ça fait longtemps que je n’ai pas vu votre potager 1.0 héhé

        Au fait, je remarque que tu as indexé mon blog dans « Amis urbains »…

        Premièrement, c’est très gentil de l’avoir indexé même si je n’ai plus écrit sur mon blog depuis déjà un an. Je me promets toujours de m’y remettre, et j’aurais envie d’y retourner 1 jour sur 3, mais je sais très bien que ça ne va pas durer. Avant l’arrivée de Facebook, je me servais d’un blog pour mettre des photos pour ma famille et mes amis. Mais depuis Facebook, c’est là que je les affiche…

        Deuxièmement, j’étais bel et bien un « urbain » quand j’écrivais encore sur mon blog, mais je suis devenu un « campagnard » depuis le mois de juillet, dans un très petit village de 500 habitants appelé Finch, dans le canton de North Stormont, toujours en Ontario.

        • vieux bandit dit :

          La modification du lien a été faite, merci! (Facebook et moi, ça fait deux… au moins!)

          Ah, le rotoculteur… avoir su ce que je sais maintenant (merci au jardinier paresseux, Larry Hodgson!), j’aurais jamais fait ça! (fais une recherche sur « motoculteur » ici, tu verras qu,on est passés par là!) Chaque bout de chiendent déchiqueté devient mille plants! Pour le gazon, il se loue des machines, des dégazonneuses (pas d’expérience avec ça). Mais le plus facile c’est de laisser le gazon en place, de poser 5 à huit épaisseurs de papier journal (mouillé si le vent s’en mêle, puis les lits de culture à remplir de compost et à couvrir de paillis. Les avantages sont immenses (les inconvénients sont liés aux sous, mais…!): pas de doute sur la qualité du sol, pas de désherbage ni de dégazonnage, pas besoin d’autant se pencher, etc.

          Vraiment de vraiment, je conseille la lecture des ouvrages et articles de Larry Hodgson. Il réussit à me rassurer, à me calmer (les angoisses mais aussi les idées de grandeur) et il est terre-à-terre, réaliste, tout en allant au plus simple… qui fonctionne à coup sûr! Faut dire que quand on regarde la nature, on se rend bien compte que la vie réussit… même sans tout notre travail acharné!

          Moi aussi j’ai bien hâte de voir mon potager 2.0 devenir réalité!

  3. Ping :Et le gagnant des semences du potager 3.0 est…  | Les campagnonades

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.