Sangria

Des amis qui se pointent quand le temps est estival? Quoi de mieux qu’une bonne sangria? Pour tout vous dire, c’est avec un verre de sangria que j’ai ressenti les effets de l’alccol pour la première fois. L’ami de ma mère, un Argentin, concoctait allègrement une boisson sucrée qui ne goûtait que le jus, le bon jus… ils ont bien rigolé de me voir tituber! Si je supporte mieux maintenant les effets de l’alcool, il n’en demeure pas moins que j’ai gardé la recette en tête et que je m’en sers chaque été pour le grand bonheur de mes visiteurs! Et pourquoi se contenter de la typique sangria rouge? J’en fais aussi de la blanche, moi, monsieur! La blanche surprend et ravit!

Pour une sangria blanche et facile, il suffit d’utiliser une salade de fruit (égouttée, mais ajoutez aussi un peu de son sirop) et(ou) (expression détestable et à éviter mais qui illustre vraiment ce que je veux dire ici: la sangria n’a pas à suivre de règles précises, il faut laisser aller son imagination et la goûter, quel calvaire!) de fruits de saison (donc des fraises en ce cas-ci!). On ajoute un peu de jus d’orange, de l’eau pétillante ou du 7up, et on laisse infuser pendant la journée.

Pour une sangria rouge tout aussi facile, utiliser des demi-tranches d’orange (et des fraises, des fraises!) et les mêmes liquides que pour la blanche. Pour sucrer le tout si vous le désirez, vous avez le choix: sucre, miel ou, ce que j’ai essayé: sirop d’érable! Vous m’en donnerez des nouvelles… le lendemain!

Un avantage de la sangria, c’est qu’on peut utiliser un moins bon vin. Rien de mieux à faire avec le vin douteux que vous offre chaleureusement, fièrement, votre mononcle chaque année. Ce weekend, nous ne nous sommes pas privés: c’est avec de l’Orpailleur que j’ai fait nos sangrias!

Pour marque-pages : Permaliens.

7 réponses à Sangria

  1. Ping :Oranges et Triple sec | Les campagnonades