Purée de courgettes

Devant mon désarroi courgettien (pourquoi pas), Manon m’a suggéré la soupe granoulle aux courgettes (autoclave requis) de Vincent. Aussitôt proposé, presque aussitôt fait. Je vous présente donc cette recette, celle de Vincent, en la décrivant à la façon campagnarde, mais attention: tout le crédit en revient au roi des canneux! Vincent dit qu’il s’agit d’une purée: allons-y carrément pour purée de courgettes. J’ai fait sept pots d’un litre, c’est donc ces quantités-là que je vais vous donner.

Vincent parlait de 18 livres (8,2 kilos) de jeunes courgettes. J’ai plutôt utilisé 15 livres (6,8 kilos) de courgettes qui attendaient depuis leur récolte… moins une! Moins une, parce qu’en remplissant mon gros (croyais-je) chaudron, j’ai compris que la dernière courgette, une fois en dés, n’y entrerait tout simplement pas. Advienne que pourra, me suis-je dit, et j’ai eu de très bons résultats!

Donc… on installe deux grands bols, dont l’un accueille une passoire. Dans l’autre, mettre 200 ml de jus de citron (de lime pour moi, parce que c’est ce qui restait!) et 350 ml d’eau. Couper les courgettes en dés grossiers (peler, c’est pour les autres, pas pour moi!), une (ou un bon bout) à la fois, en enlevant les bouts. Placer ces cubes dans l’eau citronnée pour les en enrober, et les y laisser le temps de couper la prochaine courgette (ou demi-courgette). Quand les nouveaux dés sont prêts, prendre avec les doigts ceux qui trempaient et les verser dans la passoire au-dessus de l’autre bol. Mettre les nouveaux dés dans l’eau, et continuer de couper des dés. Quand les prochains sont prêts, les dés égouttés vont dans un grand chaudron, deux qui trempaient vont dans la passoire, et ainsi de suite. (Franchement… moi c’est ce que j’ai compris des instructions de Vincent; je pense qu’on pourrait les intepréter autrement, mais avoir une méthode claire m’a satisfaite, alors tant que vous l’êtes aussi…!)

On se retrouve avec un grand chaudron bien plein de cubes de courgettes. Il faut aussi y verser le reste de l’eau citronnée, porter à ébullition (feu moyen-vif) et assaisonner. Vincent parle de 30 ml de poivre et d’autant de sel pour ses 10,5 kilos de courgettes (mais c’est qu’il fait 18 pots de 500 ml, lui!). Vous voudrez probablement ne pas m’imiter et en mettre moins si vous utilisez mes quantités. Moi? J’aime beaucoup le poivre, et j’ai complètement oublié d’ajuster mes proportions poivrées. J’ai donc une purée très relevée, mais qui me donne vraiment envie de la servir, comme Vincent le propose, sous un morceau de poisson, qu’elle relèvera à merveille!

Baisser le feu, couvrir et laisser mijoter le temps que tout ramolisse (disons 20 minutes). Passer le tout au robot ou au mélangeur (si vous n’avez pas de super mélangeur à main qui puisse faire le boulot: mon vieil outil beige de Braun a fait un petit effort complètement vain, alors….), et remplir sept pots d’un litre (il ne m’est resté que quelques cuillerées!) en laissant 2,5 centimètres sous le goulot. Traiter à l’autoclave à la bonne pression pendant 75 minutes. Quand j’ai sorti mes pots de là, la purée s’était séparée. En refroidissant, elle a repris un plus bel aspect. Et là, elle attend une soirée d’automne, quand la maman que je serai n’aura aucune envie de cuisiner! (J’ai hâte, j’avoue, car elle promet, cette purée!)

(Quant aux courgettes du potager… elles continuent de se manifester, ces folles, mais j’aurai plaisir à les manger jeunes et presque crues!)

Pour marque-pages : Permaliens.

4 réponses à Purée de courgettes

  1. Gawi dit :

    J’ai aussi une recette de gâteau aux courgettes mais je ne me rappelle pas si ça prend un ou deux gallons de mazout, faudrait que je demande à ma mère.

    • vieux bandit dit :

      😉

      Quelque chose comme ça, oui! Mais pour les gâteaux, il me reste de la courgette râpée au congélo, emballée en paquet de 500 g, car c’est la quantité par gâteau dans ma recette (oui, la même, mais avec… moins de mazout!).

      • Gawi dit :

        LOL
        J’imagine que tu as un bon gros congélateur avec toutes ces récoltes. C’est fou comme la nature peut produire, des fois. On s’est abonné au paniers bio cette année et on a reçu je sais pas trop combien de tonnes de betteraves. Je commence à prendre une teinte fuchsia. Ben vite on va m’arrêter dans la rue pour me demander si je suis maquillé.

        • vieux bandit dit :

          Non: cette année les congélos sont pleins de plats faits par ma mouman pour que j’aie pas à cuisiner au début avec bébé: c’est ce que j’ai demandé et obtenu (et plus!) pour mon anniversaire 🙂

          D’où l’intérêt du cannage et de la déshydratation!

          Ah que je te me marinerais plein de cacannes de betteraves! (Pis fais-moi pas rire, toi! Ça fait mal par bouts!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.