Plantain

Ma mère (que ses pouces restent toujours verts!) m’a fait cadeau d’une belle pile d’anciens numéros de Fleurs, plantes et jardins. J’en lisais un numéro, tout innocemment, quand je suis tombée sur un article intitulé Les mauvaises herbes nous parlent de Michel Renaud. J’étais heureuse de lire Les mauvaises herbes ne sont mauvaises que d’un point de vue humain (je tente d’adopter un point de vue plus… moins… enfin… autre le plus souvent possible). Entre le pissenlit et la prèle, on me parle de plantain. Hein? Des bananes à cuire (Musa paradisiaca, cooking banana) sur mon terrain, je rêve? Eh oui, je rêvais. On me parlait plutôt du grand plantain (Plantago major, broad-leaved plantain), que je ne connaissais pas par son nom jusque-là. Cella-là, on l’appelle aussi queue-de-rat (hein que ça donne moins envie de la manger?).

Abondant partout au Canada même si originaire d’Europe, il est très présent sur certains bouts de mon terrain… ce qui, selon l’article, indique à coup sûr un sol lourd, compacté, mais drainé et souvent glaiseux. Ouin. Bon. Entre la grange et l’étang, si ça ne vous dérange pas, je m’en fiche un peu (c’est là qu’ira le bois de chauffage pour le séchage). Devant l’atelier je m’en fiche aussi, c’est un lieu de passage et de stationnement, aussi bien que le sol y soit compact. Ailleurs, oui, bon, c’est signe qu’il faudra beaucoup travailler le sol, non pas pour améliorer la pelouse, mais une fois le moment venu d’aménager le jardin dans ces soins.

Le grand plantain, donc, est une vivace fermement ancrée au sol par de robustes racines. (Je cite Les mauvaises herbes du Canada, du ministère de l’Agriculture qui, pour vous donner une idée de son époque, coûtait 1,30$ et parle des plantes qu’on trouve en Québec! 1963, messieurs dames, avec des illustrations, pas des photos. Il faut dire cependant que les plantes sauvages n’ont pas beaucoup changé depuis ce temps!) Allergiques sujets au rhume des foins, attention, le plantain y joue un rôle.

Il vient d’Europe, disais-je, et a déjà eu un nom qui m’amuse follement:

Bien que certains botanistes croient qu’il existait en Amérique du Nord une plante similaire au grand plantain, ce dernier s’est surtout installé après l’arrivée des Blancs en terre d’Amérique. À tel point que les Amérindiens la nommaient «pieds de Blancs» parce qu’elle s’installait partout où l’homme blanc posait sa botte dont les semelles avaient charrié les minuscules graines provenant de France ou d’Angleterre. (Source)

Et comme bien des mauvaises herbes, le plantain… nourrit et soigne! Eh oui! On peut en faire un sirop contre la toux, ou consommer ses feuilles en salade ou en infusion (ou même, au printemps, cuites comme des épinards!), ou même nourrir les oiseaux de compagnie avec ses graines (ou les moudre et les incorporer à la farine pour le pain)! Il paraît même qu’en cas de piqûre d’insecte (ou de démangeaison causée par l’ortie ou l’herbe à puce), il suffit de froisser quelques feuilles de plantain et de couvrir la région atteinte de leur jus. Pratique!

Pour marque-pages : Permaliens.

3 réponses à Plantain

  1. Etolane dit :

    Justement j’en ai plein mon terrain! Et maintenant que j’y pense il est vrai qu’elle faisait aussi partie de ma petite enfance en France. J’ai tendance à laisser vivre quelques « mauvaises herbes ». En fait suivant les saisons et l’implication que je mets à mon jardin (qui varie selon les années) j’en arrache plus ou moins mais je laisse pousser celles qui ne dérangent pas. Elles ont aussi le droit d’exister. Pis je crois pas que je me reconnaitrai en un terrain immaculé (trop apprivoisé). Aussi comme tu l’expliques bien en fin de billet c’est souvent parce-que l’on ne connait pas leurs effets bénéfiques qu’on les dénigrent… Dis don’ t’es en train de devenir ma référence de campagne! 😆

    • vieux bandit dit :

      Tu parles d’un beau compliment! 🙂
      J’en suis venue à accepter la présence de mon ennemi juré, la vesce jargeau (voir billet http://www.campagnonades.com/2009/06/jargeau-de-malheur/) parce que… ben… figure-toi donc qu’elle fixe l’azote de l’air dans le sol! S’il manque d’azote, qui suis-je pour empêcher mes plantes d’en obtenir sans effort de ma part? Bon d’accord j’en arrache encore, mais je la laisse pousser et devenir trop évidente à mon goût avant d’y toucher.

  2. Ping :Graines de plantain | Les campagnonades

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.