Pita

Hier on parlait hoummos, et aujourd’hui on ajoute le pita qui va dessous! C’est pratiquement comme faire du naan, mais… au four! Encore une fois (hé oui, encore!), la base est la pâte à pain sans pétrissage qu’on garde au frigo. Ce jour-là je n’avais pas de pâte blanche mais j’ai pris ma pâte pour le pain campagnard européen, et ça a très bien réussi!

Donc! Préchauffer le four 20 minutes d’avance à 500F avec une pierre à pizza à l’intérieur. Il faut couper une portion de pâte à pain de la taille d’un pamplemousse (saupoudrer de farine avant). En utilisant de la farine au besoin, former un eboule en ramenant vers l’arrière les côtés à quatre reprises (environ), en effectuant une rotation d’un quart de tour chaque fois. Déposer cette boule sur une planche à pizza enfarinée. Avec les mains ou (je dirais plutôt ET!) le rouleau à pâte, abaisser la chose pour obtenir un cercle de 3 mm d’épaisseur (je n’ai pas réussi à rendre la chose assez mince à mon goût, mais il faut que ce soit assez mince ou ça pourrait ne vous donner qu’une galette, pas un pita!). Attention de ne pas briser la pâte, même en la retournant, car surprise: le pita au four gonfle comme un ballon, et si vous brisez la pâte… l’air s’échappera de votre ballon!

Immédiatement glisser le cercle sur la pierre à pizza chaude et cuire de 5 à 7 minutes jusqu’à ce que la chose soit gonflée et dorer (dans mon bouquin on mentionne que la farine peut faire de la fumée et que si vous avez un ventilateur interne dans le four, c’est une bonne ideé de l’utiliser; évidemment j’ai rien de ça!). Emballer dans un linge à vaisselle propre et faire refroidir sur une grille; les pitas dégonflent un peu. Une fois les pitas refroidis, on les conserve dans des sacs de plastique (sinon ça sèche, et vous auriez pu les acheter à l’épicerie!).

Mon verdict? Faudra que j’améliore mes talents pour abaisser la pâte (j’ai l’impression que je devrais travailler une pâte moins froide… peut-être la sortir d’avance) pour obtenir vraiment ce que je veux. J’ai eu des pitas, oui, mais un peu trop épais. MAIS! Ça m’a pris moins de temps les faire qu’aller à l’épicerie et ils étaient cent fois meilleurs que ceux que j’aurais achetés. À défaut d’une source de pitas vraiment-de-vraiment frais (selon un Libanais, mettons: TRÈS frais!), j’ai là une solution maison qu’on refera ici pendant des années, c’est certain. Et puis je peux dire Du pita? N’en achète pas: je fais mes propres pitas, très chère… Ha! 🙂

Taggé , , , , , , , , , , , , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

11 réponses à Pita

  1. manon dit :

    c’est bon hein 🙂

    oui moins froide la pâte se travaille mieux. Laisse ta boule grosseur pamplemousse 20-30 minutes dans un bol (avec farine dedans) sur le comptoir à température pièce.

    tu te rapelles quand j’ai mis les miens sur le blog? Fait avec la ta recette de pain sans pétrissage aussi. Je te faisais même un beau gros clin d’oeil concernant le pitas frais à dénicher pour une campagnarde!!!

    • vieuxbandit dit :

      M’en souviens vaguement (mon cerveau est un fromage à trous), oui.
      🙂

      Noté pour la température pièce mais le pépin c’est que dans les mois froids, ma cuisine est frrrrrette! (Et ailleurs, tu me diras? chat, chat, chat, chat… et moi qui oublie tout! 🙂

      En été ça ira super bien (mais je voudrai pas allumer le four, hahaha!)
      🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.