Oignons égyptiens

Ils sont aussi appelés oignons marcheurs, et c’est dans le cadre de ma quête pour plus de légumes vivaces au potager que j’en ai fait l’acquisition à l’automne passé. J’ai planté mes 11 bulbilles et attendu. Or je les ai mis dans un lit dont le sol est à retraviller: il est trop lourd et compact. Aussi suis-je satisfaite des six plants qui sont sortis pour l’été. D’autant plus que cet oignon se reproduit, eh oui, en marchant! En haut de sa hampe florale, il crée des petits bulbilles qui deviennent assez lourds pour faire pencher la tige jusqu’au sol, où ils prennent racine (le processus est en cours ici, mais aucun enracinement encore) et recommencent à pousser de la même façon.
140703 020Le bulbe sous terre, comme les bulbilles aériens, sont comestibles (suffira d’être patient pour enlever la pelure des bulbilles), comme les feuilles, bien sûr.
140730 003Pour le moment, je les laisse aller. Avec le temps, les bulbes en terre vont se diviser et former une grosse masse. Et jà je pense que je les déplacerai dans un an ou deux, parce qu’en grand groupe, ils seraient magnifiques, plus encore que touffus dans un lit. Faudra voir (et goûter)!
140624 130La prochaine question? Quel légume vivace, ancien et quasi oublié vais-je découvrir cette année et dénicher pour le potager 7.0? J’ai déjà quelques idées!
140624 158
140703 017

Taggé , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Une réponse à Oignons égyptiens

  1. Ping :14-15 mai au jardin — Les campagnonades

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.