Ode aux bols

On se réconforte comme on peut, et pour moi ça vire en rond, ça se mange en bol. Quoi? Mais tout! Et n’importe quoi! (Merci à Dollarama qui semble avoir viré bols avec moi! L’illusion du luxe, par moments, ça fait un bien fou.)

Je lis d’ailleurs un livre qui s’appelle Buddha Bowls et qui m’inspire en cuisine. Des céréales cuites (riz, quinoa, tout va), plein de légumes cuits ou crus, des noix, des fruits, des fines herbes, une sauce, une campagnarde contente, qui cuisine moins osuvent tout en ne mangeant jamais la même chose à deux repas. Autour d’un beau bol, j’ai envie de me lover (cuiller à la main, c’est plus savoureux… si le repas ne se prête pas aux baguettes, du moins!) dans un fauteuil avec un livre et une couverture.

L’envie vous prend de me psychanalyser, avec mes bols qui rappellent le giron maternel? Je vous prends de vitesse: oh que oui, je m’ennuie de ma mère!

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.