Nutella maison: premier essai… et deuxième aussi

Il y avait dans le garde-manger deux pots de Nutella é-nor-mes (bonjour Costco…) quand j’ai lu Last chance to see de Mark Carwardine et Stephen Fry (oui, je lis le gros livre au lieu d’écouter le documentaire; si ça vous surprend vraiment, vous débarquez ici: je vous souhaite la bienvenue!). On y explique le problème avec l’huile de palme, qui est que des forêts pluviales entières (en Malaisie et en Indonésie surtout) sont détruites pour faire place à des (monocultures) plantations de ces arbres, ce qui détruit entièrement des écosystèmes entiers et tue carrément des espèces animales entières. La pression est si forte que les frontières des réserves naturelles et des parcs nationaux sont redessinées pour faire plus de place à cette monoculture. (Extrait en anglais ici) Y a d’autres problèmes avec l’huile de palme (voir ici), mais celle-là est celle qui m’a forcée à me poser des questions. Et Nutella a beau dire que son huile de palme est durable… j’y crois pas (trop peu, trop tard). On ne peut pas parler de durabilité quand des espèces ne sont plus là. Et le Nutella… 72% d’huile et de sucre. Où sont les noisettes là-dedans? Bref, je me suis dit qu’une fois les deux gros pots finis, ça n’entrait plus chez nous, cette cochonnerie! (J’avoue que c’est facile à dire: c’est pas moi qui mange ça… mais j’ai quand même ajouté que j’allais remplacer la chose… par une autre! N’empêque que je dis adieu (en tout cas… la plupart du temps…) aussi aux Ferrero rochers (qui devraient en français s’appeler rochers de Ferrero, en passant…) et à Kinder (ouache), le tout plein de palme itou!)

Tout ça pour dire que je me suis lancée (à temps très, très partiel) dans une quête de remplacement de Nutella. Et aujourd’hui je vous raconte un échec, j’explique sa cause probable, et finalement je sauve la mise. Tout ça pour vous! (Vous me croyez? Parce que j’ai dit la même chose au Coco et il a eu l’air un peu dubitatif en me remerciant…)

141117 065J’ai choisi cette recette. Et je l’ai suivie et je vous l’offre. Mais… ne faites pas comme moi la première fois. À moins d’avoir un Vitamix ou l’équivalent, oubliez absolument le mélangeur (le bon vieux blender), qui ne fera vraiment pas l’ouvrage.

Ingrédients:

  • 500 ml (2 tasses) de noisettes rôties (12-15 minutes au four à 350 F en gardant un oeil dessus)
  • 250 ml (1 tasse) de sucre
  • 85 ml (1/3 tasse) de cacao en poudre
  • 30 ml d’huile de noisette (c’est là que ça n’ira plus du tout dans quelques lignes)
  • 5 ml d’extrait de vanille
  • 2,5 ml de sel

Passer les noisettes rôties au robot culinaire (ou pour rater la chose, au mélangeur, c’est comme vous voulez…). On cherche à faire sortir leur huile naturelle pour obtenir une pâte lisse (au mélangeur, ça n’arrive juste pas: tout prend et se tasse). Ça devrait prendre environ 5 minutes et il FAUT passer la maryse (la bonne vieille spatule en caoutchouc) souvent, très souvent, mais ça finit par devenir un beurre de noisette (au robot, et pas au mélangeur…). Ajouter ensuite tous les autres ingrédients pour bien mélanger (encore 3 à 5 minutes, encore avec la maryse souvent!). La texture devrait ressembler à du beurre d’arachide. Transférer le tout dans un pot et réfrigérer.

Ça c’est la théorie (et la pratique avec le bon outil). Ici, au mélangeur (poche, j’avoue, même si payé cher), ça a été long et pénible et j’ai fini avec une pâte pas si mal, mais avec des grumeaux de noisettes insolubles et beaucoup, beaucoup plus d’huile que prévu (pas le choix: ça ne devenait pas une pâte, et à peine un mélange!). Pas de l’huile de noisette hors de prix: de l’huile de canola (pas idéal non plus!). Et comme le but était d’obtenir quelque chose de plus sain… ma première tentative est un échec (mais la deuxième est pas mal plus réussie, au robot, sans problème autre qu’augmenter l’huile de noisette à 40 ml, y a rien là, et la texture est meilleure et la saveur s’approche vraiment du Nutella… avec 75% de noisettes! (mais bien sûr les noisettes sont en partie… de l’huile! Je sais pas comment c’est calculé…)). Sauf que…

141117 069Sauf que ce que je fais le plus souvent avec du Nutella, c’est des petits gâteaux au chocolat hyper simples. Alors au lieu de jeter mon essai raté, j’ai essayé de le sauver en le transformant en petits gâteaux. Réussite! J’ai eu un peu peur que l’huile déborde, alors j’ai mis une plaque sous les moules à muffins miniatures, et rien, pas une goutte. Et les petits gâteaux sont pas mal. En tout cas le Coco et la Puce les ont fait disparaître!
141202 036Recette de petits gâteaux au Nutella (ou autre!) ultra facile:

Mélanger 250 ml (1 tasse) de Nutella, 150 ml de farine et 2 oeufs. Cuire 20-25 minutes dans des moules à mini muffins, à 350 F. C’est tout!
141202 039
141202 041

Taggé , , , , , , , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

2 réponses à Nutella maison: premier essai… et deuxième aussi

  1. Marc dit :

    N’eut-elle là que le temps de fabriquer la tartinade, son effort en fut d’autant plus probant… Je pense que chez Nutella, on prend des huiles hydrogénées. Ton résultat s’apparente à du beurre d’arachides naturelle avec l’huile qui finit par remonter à la surface, alors que les grosses boîtes prennent de l’huile hydrogénée plus stable, non? Peut-être faut-il un « fixateur », euh comme l’agar-agar?
    Y a deux trucs aussi: En plus des forêts qui disparaissent, c’est qu’il y a des peuples qui les habitent, à qui on vole les terres, détruisant tout et en « engageant » les gens qui vivaient là paisiblement depuis des lustres comme esclaves pour s’occuper des plantations.
    Quant à durable, moi je préfère soutenable car tout est durable mais très peu est soutenable, de l’anglais sustainable qui est plus précis sur ce que l’on est supposé tenter de créer… C’est Maurice Strong qui le premier avait parlé de sustainable development que l’on a traduit à tort en français par durable. En tout cas je défendrai toujours le vocable soutenable 🙂 Merci pour la recette et l’idée de sortir du cadre industriel facile.

    • vieux bandit dit :

      Peut-être bien pour l’huile hydrogénée, je n’y connais rien (et j’ai pas encore d’agar-agar). Par contre non, ça ne se sépare pas… si on le garde au réfrigérateur (pas plus que le beurre d’arachide naturel).

      Oui bien sûr, les peuples. Mais depuis quand s’inquiète-t-on des humains dans ce monde déshumanisé? Soupir. Gros, gros soupir.

      Soutenable, qui peut être soutenu, défendu. Pas fou du tout comme choix! Sauf que malheureusement… bien des choses sont défendues qui ne devraient pas l’être (beaucoup durent qui ne le devraient pas aussi!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.