Mini meringues

Chaque fois que je fais de la mayo (chaque semaine…) je me retrouve avec quatre blancs d’oeuf à la température de la pièce (comme ce sont nos oeufs, ils n’ont pas à être réfrigérés parce qu’ils n’ont pas été bêtement lavés, ha). Et donc… meringues. Oui je peux les accumuler au congélo pour des gâteaux des anges (quoi d’autre? dites-le-moi, c’est une vraie question!), mais voilà, j’ai déjà des dizaines de blancs congelés qui n’attendent qu’une recette de gâteau (ou de quoi, hein? dites!). Alors… meringues. Des petites meringues comme ça, allez savoir pourquoi, j’en faisais à l’adolescence. Et puis j’en ai brûlé, j’en ai eu des pas-assez-cuites qui sont molles au centre, et j’ai fini par ne plus en faire. Jamais. Pendant plus de 20 ans. (Des meringues molles sur les tartes c’est pas compliqué, je n’en fais pas: je n’aime pas trop ça et ça va sur des tartes aux agrumes que je n’aime pas du tout, alors…) L’envie m’est revenue. En très grande partie grâce au batteur sur socle, qui rend la chose moins douloureuse et fichtrement moins longue. J’ai même mis une douille sur un grand sac ziploc, question de commencer à me forcer à apprendre à manoeuvrer la poche à douille (c’est pas demain la veille que je serai adroite avec ça mais au moins je fais un effort minimum, ce qui est déjà beaucoup de ce côté).
J’ai raté mes premières parce qu’au lieu d’écouter ma mémoire j’ai écouté les Zinternets et mis le four bien trop chaud. Vaut mieux le mettre au minimum et en bloquer la porte avec une cuiller de bois (ce qui fait capoter mon pompier de chum mais chut!). Pendant ce temps il faut battre et battre et battre. Pour mes quatre blancs, quand la chose devient mousseuse, j’ajoute 1/8e de cuiller à thé de crème de tartre. Quand j’ai des pics mous je commence à ajouter du sucre (au goût, mais ici c’est moins de 1/3 de tasse). Quand j’ai des pics durs je remplis mon sac à douille et… je fais mon possible.
Je remplis tout un grrrrrand plateau de mini-meringues et environ deux heures plus tard elles sont cuites, blanches encore avec un peu de chance (ça dépend si je reste assez proche et attentive…), et fondent dans la bouche. Faut voir comme ça amuse mon mini-Homme de se remplir la bouche à répétition!

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.