Ma solution que personne aimera

Des réfugiés aux besoins criants. Le français qui recule qu Québec. Des régions dévitalisées où les gens ont peur du moindre changement et où le quart des maisons sont vides. Solution? On envoie massivement des réfugiés dans les régions. Quelques familles par village, tenez. Les maisons libres, on les a (elles ont besoin de rénos? Y doit y avoir des réfugiés qui ont les compétences!): trouvons des fonds pour acheter ces maisons pour la bouchée de pain demandée! Les écoles qui peuvent accueillir plus d’enfants, les régions les ont souvent aussi. Oui bon j’avoue que je rêve *aussi* de bouffe créole et d’un vent d’ouverture qui écornerait nos vieilles peurs.

Print Friendly

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *