Hmmm

L’affaire avec la douleur chronique, c’est qu’on peut faire plein de choses quand même. Mais… moins de choses. Moins à la fois. Parce que la douleur prend une grande place et bloque un grand pan de cerveau, juste à se faire gérer. D’où la fatigue.

Print Friendly, PDF & Email

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *