Mésaventure dans le bois

Le retour du printemps, c’est le retour de la baignade pour Tango. En fait, mon toutou ne s’est privé de saucette que pendant trois mois cet année, de la mi-décembre à la mi-mars. Plus, et ce serait le torturer, pauvre chien qui nage sur la neige! Aussi je n’ai pas été surprise que l’Homme, par un bel après-midi de mars, me dise qu’il avait envie d’amener le labrador polaire et aquatique sur le terrain de nos amis pas trop loin. Ce terrain-là, je le redis, on y campe depuis près d’une décennie. L’hiver on y raquettifie. Mais au printemps, on y va peu: les routes sont peu fiables avec le dégel. Bon, c’est facile à dire maintenant, le fait accompli et désaccompli, mais revenons à ce jour-là. L’Homme et le chient partent… puis le téléphone sonne. L’Homme a réussi à ensevelir mon Ananda chérie!

J’exagère. C’est qu’au printemps, on n’y va pas, sur ce terrain-là. Tant que la neige fond, tant que l’air est frais, le dégel n’est pas terminé, on le sait. Ah oui? Après deux weekends passés au soleil sur la terrasse? Après des chaleurs dignes de juin en plein mars? On oublie. On oublie qu’au fond, on n’est jamais allés sur le terrain avant mai. Et on ne pense pas non plus que des trois chemins possibles, l’un a été moins amélioré, remblayé et drainé que les autres. Pire encore, quelques jours auparavant, l’Homme avait arpenté à pied tout le terrain avec deux chiens, et tout semblait sec. Ouais… sauf qu’il pèse moins qu’un véhicule. Mais bon, il voyait des traces de camion et les a suivies… sauf que le camion avait dû passer avant le dernier dégel. Voilà mon Ananda enfoncée soudainement jusqu’à sa porte. Et l’Homme et le chien sont à plus de vingt kilomètres de la maison, sur un chemin privé (où ne va pas le CAA même si je pouvais leur expliquer comment se rendre, ce qui n’est pas évident), invisibles de la route. Et moi, je termine à la maison ma journée de travail, impuissante. Quoi, campagnarde, n’avez-vous pas une deuxième voiture, justement pour que l’un de vous ne soit jamais coincé?

Ouin. Sauf que la Mahina est dans l’atelier depuis l’automne. Elle a besoin de filtres changés, d’huile remplacée, de nous ne savons quoi encore (ok: moi, je ne le sais pas!), et l’Homme m’a dit que sa pédale d’embrayage est… étrange. Je ne l’ai jamais conduite. J’ai comme pas trop envie d’aller à sa rescousse pour rester prise à mi-chemin. J’ai beau être contre tout ce qui ressemble à un cellulaire, l’Homme en a un, lui, et c’est pourquoi il a pu appeler à l’aide, alors que moi…

L’histoire s’est bien terminée. L’ami avec qui l’Homme travaillait l’été dernier connaît le terrain mieux que nous et habite près de là. Un coup de fil et l’Homme était sauvé (avec Tango) et reconduit à la maison. Ouf. (Ouf, mais aussi… planifions, parce qu’impossible de se rendre plus loin qu’en vélo au magasin général…) On planifiait attendre au weekend (la chose est arrivée un mardi), que notre ami propriétaire du terrain vienne (car pour sortir la voiture, encore fallait-il approcher un autre véhicule… qui risquait aussi de s’embourber et d’endommager la route encore!). Le mercredi matin, l’Homme s’est attaqué à Mahina, voulant changer ce qui devait l’être pour qu’on puisse avoir un semblant d’autonomie. Eh bien… sa batterie est morte (morte!) et une de ses roues arrières est bloquée. De l’atelier elle ne sortirait pas ce jour-là.

On attendait de la pluie deux jours plus tard (on l’a eue en neige, m’enfin), et notre ami (le reconducteur, pas le proprio toujours en ville) s’est dit qu’avec la pluie, mon Ananda ne ferait que s’enfoncer davantage. Il est venu chercher l’Homme. Doucement, avec soin, mais tout de même rapidement, ils ont réussi à tirer Ananda de son trou. Et voilà le seul dommage apparent (et réel! Elle a depuis subi une vérification complète):

Alors, les leçons? Ne jamais sous-estimer la force du dégel. Ne jamais tenir pour acquis que la voiture non utilisée peut être utilisée. (Ajoutons aussi ne jamais faire une gaffe sur le terrain d’autrui, mais c’est vite dit, puisque si on savait que la gaffe arrive, elle serait facile à éviter!) Ah oui, aussi: vivre en campagnard, c’est devoir relever, vraiment TOUTES sortes de défis!

Print Friendly, PDF & Email

Taggé , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

31 réponses à Mésaventure dans le bois

  1. Manon dit :

    J’adore ce billet!

    🙂

    • vieux bandit dit :

      Ouin… j’aime mieux le billet que la réalité de la chose au moment où ça s’est passé! Mais j’suis bien contente de pouvoir dire que ça s’est bien terminé. Et depuis… je niaise l’Homme pas à peu près! 🙂

  2. Catherine dit :

    J’aime également ce billet… J’ai bien rigolé en le lisant.. (désolée…) hihi

    • vieux bandit dit :

      😉

      Faut pas être désolée! Les (més)aventures de la campagnarde sont là pour ça: pour dire « regardez, on est complètement stupides parfois, comme nous le sommes tous, et on n’en meurt pas! » 🙂

      • Catherine dit :

        Je regardais tes photos sur Flickr… Moi je trouve pas ça freak ne pas s’être chicané avec l’Homme depuis que vous êtes ensemble… Je ne me suis toujours ps chicané avec le mien (quoiqu’on est seulement rendu à 2 ans et demi…) Anyway, in my head you’re no freak. =)

  3. Ping :Un an de campagnonades! | Les campagnonades

  4. Manon dit :

    Peux-tu croire que je ne peux sortir de chez nous aujourd’hui… Oui sous peine de briser ma totomobile (pas envie de payer une facture d’auto moi de ce temps-ci)….

    cul-de-sac et chemin de terre…. des fois ça donne des problèmes au printemps. Mon chum a réussi a passer ce matin (l’empattement de son auto est plus haute que la mienne), mais il est revenu me dire: » Chérie, oublie pas d’appeller la ville pour le coin de la rue, je suis pas certain de pouvoir repasser! »

    Topo:
    Un tournant à 90 degré et en pente (légère-moyenne, mais en pente)
    Une grosse roche pointue qui dépasse d’un bord.
    Chaque côté du chemin est mou et ça renfonce.
    Mais pas que chaque côté qui est mou et renfoncée… Ya aussi une voie au complêt tout à fait renfoncée avec plein de gros caillou dans le travers (accentuant la maudite roche pointue de l’autre côté) et cette voie est encore plus renfoncée depuis le passage hier du camion de vidange.

    J’ai dû sortir hier, le fond de mon char a accroché à l’allée et au retour… J’ai juste peur de défoncer un morceau pis de me retrouver avec une facture salée.

    Là, la ville me dit qu’il vont venir cet après-midi… J’espère, ça fait 3 fois que je les appelle ce matin pour ça et savoir s’ils pensent peut-être faire quelque chose… (c’est dans ce temps-là que je rêve d’un pick-up)

    • vieux bandit dit :

      Ah ça: j’ai moi aussi vite compris pourquoi tout le monde semble avoir un pick-up ici!

      Ayayayayayayaye! Le pire qui m’est arrivé ici c’est d’avoir peur de rester prise… dans la boue de ma propre entrée. On a passé 2-3 semaines à stationner l’auto au bord de la route, pour pas s’embourber mais aussi pour que personne d’autre entre pour s’enfoncer!

      Ah OUI: sur un chemin où je promène le chien (peu passant), on a aussi vu de l’eau disparaître en glougloutant SOUS le chemin! Et surprise, y a là une plaque en métal… déplacée. Donc y a un gros trou sous le chemin et quelqu’un le sait… Étrange!

      La bonne nouvelle pour toi… c’est que je suis sûre que tu peux te débrouiller avec des conserves si tu peux pas te rendre à l’épicerie! 😉

      Les factures salées… j’en ai peur moi aussi! Je t’appuie dans ton restage-chez-vous! 🙂

  5. Manon dit :

    ouin… juste un problème pour moi aujourd’hui avec ça…

    Mon chum a un cours à MTL ce soir, il ne reviendra pas après le boulot.

    Ma plus vielle a un cours de Kinball après l’école, donc aucun transport scolaire, je dois assurer son transport et aller la chercher. et j’étais supposée aller chercher mon autre fille à l’école itou… D’où quelques appels répétés à la ville aujourd’hui pour que ça « bouge » un peu (ça fait un an qu’on rapporte le problème des grosses roche pointues de ce tournant et qu’il y a rien qui bouge, tsé celle que la charrue est restée pognée en novembre dernier durant la première tempête).

    Je viens d’avoir un email de mon chum… Il me dit qu’il a pris le temps d’arrêter à la ville ce matin avant son boulot (quitte à être en retard au boulot) pour aller leur dire directement sur place. Je suis contente qu’il y soit allé (ya pas d’autre monde pour se plaindre de ce problème, c’est après toutes les autres maisons, alors ça affecte que nous)

    Je vais croiser les doigts je crois et rester zen… Manon, respire par le nez, expire par le nez…

    • vieux bandit dit :

      Ayayayayaye! Bonne chance!

      (Dis-toi que nous si on devait aller à l’hôtel de ville avant le boulot, on n’y trouverait probablement personne. Ah oui mais par contre, mon déneigeur… c’est le frère du maire, le maire et leurs fils et neveux (là je devine, mais j’ai vu le maire souffler ma neige, ça j’imagine pas!), alors… je saurais qui appeler! 😉

    • Manon dit :

      13h35

      Et de un camion qui vient de décharger un voyage de garnottes…

      Reste à savoir, vont-ils venir étendre le fameux voyage de garnottes? Parce que pour le moment mon problème demeure le même!

      (si t’avais vu comment le camion est passé par dessus son tas de roches… Il est allé creuser dans le fosset de l’autre bord et à pratiquement spinné avant de ce sortir!. Je te dis, j’ai pas son empattement avec mon char…)

      • vieux bandit dit :

        14h53… pis? 😉

        Coudonc, ça te prendrait un 4 roues pour aller chercher les filles?!

        • Manon dit :

          je pars, ils viennent de finir 😉

          • vieux bandit dit :

            Selon mes courriels, c’était à 15h06! Pas mal si on compare… à la Ville de Montréal! 🙂

            • Manon dit :

              ouin! L’école de ma + jeune a oublié que je venais la chercher :S Ils l’ont envoyé en autobus…. fudge, retourne à maison chercher la fille qui va sortir de l’autobus, pis retourne à l’école de l’autre pour aller la chercher après son kinball. Résultat 2 allé-retour au lieu de 1, pis beaucoup plus de temps, parce que je devais aller à l’épicerie faire une commission entre les 2.

              Ma plus vieille m’a aussi dit entre temps que la chauffeuse d’autobus a téléphoné à la ville elle aussi pour notre « coin » à problème. (je ne le savais pas!) Z’ont peut-être été tanné de se faire parlé de ça!

              • vieux bandit dit :

                Mais c’est une saga, ton histoire! (Ta journée!)

                Et pendant ces allers et retours, t’as les gars dans l’auto en plus?

                • Manon dit :

                  Je commence à trouver oui!

                  Pis oui aussi pour les gars… une chance je ne leur avait pas fait faire de sieste en PM, ils l’ont fait dans l’auto… Mais là-là, juste là-là, ils en peuvent plus et sont complêtement excité, ils sautent de tout bord tout côté. (2h de char pour même pas 30km c’est pas cool)…

                  Notre consolation: beaucoup, beaucoup de chevreuils à observer 🙂

                  • vieux bandit dit :

                    AH tu tombes bien! Aujourd’hui ma belle-soeur était de passage (euh… dans le sens qu’elle a passé du temps ici, parce que pour venir d’Ottawa, mettons que c’était pas juste en passant!) et elle a remarqué, sur notre chêne près de l’étang, que certains bourgeons (les plus bas), hop, avaient été mangés! Avez-vous des chevreuils par ici?, a-t-elle demandé… eh bien ce matin justement en revenant de la promenade, Tango était fou-fou et faisait des détours sur le terrain! Mystère pas trop dur à résoudre! Et ma biche de l’été passé, c’était dans ce coin-là que je l’avais vue!

                    • Manon dit :

                      Oh, tu vas peut-être la revoir 🙂
                      Chanceuse.

                      Nous dans le moment on peut en voir par paquet de 5 à 10 à la fois, dans 4-5 spot différents dans notre rang avant d’atteindre la grande route.

  6. Manon dit :

    d’où le « quitte à arriver en retard au boulot »!!!

    Je sais pas son horaire, mais il avait peut-être une période libre à la première ce matin (officiellement, il a seulement un temps partiel cette année, il comble la différence avec de la suppléance et réussi toujours à avoir un salaire complet, car il y a toujours amplement de suppléance à faire à son école)

    (officiellement c’était le seul poste disponible dans la commission scolaire pour combler les critères du ministère et ceux de l’université afin d’obtenir sa fameuse « autorisation provisoire d’enseigner » et d’être « légalement qualifié »… ça sonne comme s’il était un criminel avant dans mes oreilles dit de cette façon)

    • vieux bandit dit :

      J’sais pas du tout comment ça fonctionne tout ça!

      S’ils vont de l’avant avec leur idée d’immersion en 6e année (que je trouve complètement stupide parce que nous on élève un garçon bilingue qui a des difficultés scolaires ordinaires et qui se serait pris pour le king pendant une demi-année avant de couler épouvantablement l’autre… entre autres), je sais pas où ils vont trouver des profs qui parlent… VRAIMENT anglais. L’Homme a peut-être juste un secondaire 5, mais il pourrait VRAIMENT parler anglais aux enfants, lui! (Faut pas trop que je pense à ça, ça me fait grimper dans les rideaux!)

      • vieux bandit dit :

        (Faque on s’entend que micro-coco ou micro-cocotte pourra, si ça se concrétise, sans aucune doute reprendre son prof pendant une demi-année. C’est PAS ce que je souhaite!)

  7. Manon dit :

    hihi ton homme aurait le même problème que le mien!

    Le mien peut parler sciences et math sans problème, mais il n’est pas formé en enseignement, alors il est (était) un « criminel non légalement qualifié » à enseigner! lol!

    La meilleur prof d’anglais à son école, c’est une fille dans le genre de situation de ton conjoint. Elle est anglo à la base, parfaitement bilingue parce qu’elle vit ici, avec un secondaire 5 elle aussi si ma mémoire est bonne (je ne crois pas qu’elle a fini le cégep). Tout les autres profs d’anglais se fient sur elle. Mais elle, elle est la seule sans poste assuré d’une année sur l’autre. Elle ramasse ce qui reste à la fin du mois d’août et ce depuis 10 ans! Disons qu’il y a parfois précarité d’emploi pour elle. L’an dernier, elle n’avait rien en début d’année!

    Nous en avons appris beaucoup sur le système depuis que mon chum y « évolue ».

    • vieux bandit dit :

      Ça m’intéresse infiniment. Quand j’ai voulu trouver des renseignements… ça s’est révélé pas trop évident!

      Ma mère enseignait l’éducation physique quand j’étais petite (elle étudiait en psychomotricité à temps partiel). Ceux qui l’ont eue s’en souviennent avec joie! Mais elle se promenait partout, d’école en école (et il y a moins d’écoles encore maintenant, alors elles sont plus éloignées encore).

  8. Manon dit :

    Ici, ya une première ronde de chaise musicale en juin (à cause des tâches administratives, lire poste de directeur (directrice) adjoint(e)s et principaux. Ces gens sont « libérés » de leur tâche d’enseignement pour occuper leur poste de direction. Techniquement, leur poste leur appartient toujours, mais il est rendu disponible à qui voudraient bien le faire pour le prochaine année… Certain prof voulant avoir une tâche « plus homogène » peuvent vouloir ce poste (genre si la tâche comporte un seul cours donné à plusieurs groupes d’élèves différents, car il y a alors un seul cours à monter et préparer. Au contraire un poste comportant 4 cours différents pour avoir assez d’heures pour être à temps plein est rarement choisi par les enseignants car il demande beaucoup plus de temps de préparation de cours).

    Durant l’été, les inscriptions d’élèves sont compilées et les tâches de la prochaines années sont définies et réparties en poste. Dans notre commission scolaire, les poste sont affichés lors de « L’affectation de poste » qui a lieu la veille de la première journée pédagogique du calendrier scolaire. Les enseignants sans contrat son invités à se présenter selon leur ancienneté pour choisir un poste parmi ceux disponible cette année-là. En après-midi ce sont ceux ayant le plus d’ancienneté (je ne me rappelle plus du chiffre, quelque chose comme 10ans+). En soirée ce sont ceux avec 2 à 10 ans d’ancienneté qui viennent choisir leur poste. En soirée, les « observateurs » peuvent également être présents ( tout ceux ayant moins de 2 ans d’ancienneté et ne pouvant pas appliquer sur un poste). Chacun sont tour (selon son rang en terme d’ancienneté) est appelé à aller voir les postes restant, à choisir un poste, signer son contrat et on passe au suivant jusqu’à la fin de la liste. À la fin, il reste des postes, mais il n’y a plus d’enseignant pouvant signer un contrat légalement, juste des observateurs dans la salle! Les observateurs en question savent maintenant quelle école a encore des postes à combler et de quoi sont constitué ces postes (il est maintenant minuit passé). Le lendemain matin (7h), les directeurs (trices) reçoivent la liste de leur poste non-comblé et doivent alors trouver un enseignant pour chacun de ces postes. Les observateurs (ceux comme mon chum) téléphonent, se présentent et donnent leur CV directement aux directeurs (trices) d’école. On est a 4 jours du début des classes pour les élèves à ce moment-là. Quand tout va bien pour quelqu’un comme mon chum, il obtient sa tâche à ce moment-là et peut penser commencer à planifier ses cours aux élèves! Parfois certains profs sont engagés le jour même où les élèves commencent (ça explique pourquoi certain profs ne savent pas encore ce qu’il donneront comme matière aux élèves!!! Je te dis, j’ai revu certaines séquences de mon propre secondaire et j’ai compris bien des chose à la lumière de ça!)

    Pour la suppléance, c’est chaque école qui appelle son monde au final. Il faut donc envoyer le CV directement à l’école et rencontrer la direction. (un dossier sera monté à la commission scolaire, officiellement le suppléant est sur la liste de la commission scolaire, mais c’est sur le terrain à l’école que ça se joue) à tout le moins dans notre commission scolaire.

    Mais je comprends que tu ais trouvé peu de renseignements… faut à peu près connaitre quelqu’un qui connait le système pour savoir comment s’y prendre! Ça éloigne et rebute beaucoup de monde… Souvent mon chum se disait que ça aurait été plus simple d’enseigner au cégep dans son cas!

  9. Bergeron dit :

    Bonjour !

    Faut le dire. J’ai  » découvert « …L’Amérique de votre site jeudi soir en cherchant des infos sur l’écureuil noir. Ensuite j’ai passé plusieurs heures à regarder tant de photos de votre environnement. De surcroît, moi qui aiiiiiiiiiime les chats et aussi la vie à la campagne même si je suis urbaine par quasi obligation, m’enfin je vous remercie de toutes ces photographies ,de votre vie photographiée, de vos humeurs et amours, de vos bonheurs, vos réflexions. Voilà ! je me suis exprimée !

    G.B. ( que votre bedaine se vive et  » rondisse  » allègrement !)

  10. vieux bandit dit :

    Eh bien bienvenue chez nous! 🙂

    Et merci pour vos gentils mots!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *