Lis

Devant la fenêtre du salon, dans la rocaille, s’est dressé une tige qui montrait plusieurs boutons, et que j’avais bien hâte de voir fleurir pour enfin savoir ce que ces boutons prometteurs allaient m’offrir. Je n’ai pas été déçue! Un lis! Des lis (Lilium, lily)! Une goutte de lait tombée du sein d’Héra (on peut sortir la fille du cours de latin, mais pas la mythologie de la fille)! Un bulbe cultivé depuis plus de 3000 ans (enfin, pas le mien précisément…), magnifique et parfumé! C’est par contre une autre de ces plantes à multiples sous-espèces, cultivars et hybrides, et je ne parviens pas à identifier correctement mon spécimen (mais c’est le plus joli, que voulez-vous…).

090817 063

C’est peu visible sur les photos, mais les feuilles de ce lis ont été dévorées par des insectes à carapace rouge, autrement fort jolis, qui ont détruit la plus grande partie des deux lis qui tentaient de pousser à côté de celui-ci. L’Homme l’avait remarqué, les bestioles affectionnaient particulièrement cette plante-là. Il s’agit des criocères du lis (Lilioceris lilii, lily leaf beetle). J’apprend (mais je m’en doutais) que j’aurais dû attraper les individus et les tuer… ce qui n’est pas une corde que je souhaite particulièrement ajouter à mon arc. Ma philosophie cette année ressemble davantage à prendre tout ce qui pousse comme un don, et à apprendre de ce qui ne pousse pas ou connaît des pépins en cours de route. Et sachant ce qui suit, vous l’écraseriez, vous? (J’en frissonne d’horreur)

Le criocère du lis adulte émet un son lorsqu’on le pince ou qu’il se sent menacé. Cette stridulation est produite par le frottement des ailes cornées de l’insecte sur son abdomen. Plusieurs petites dents ornent en effet le dessous des élytres du coléoptère, qui les frotte rapidement sur la paire de plaques striées se trouvant à l’extrémité de son abdomen. Ce signal sonore servirait à éloigner ses ennemis. (Source)

Allez, suivez la source, l’Insectarium. N’est-ce pas que vous brûlez d’envie de savoir que mon criocère a l’anus dans le dos et que ses larves s’enrobent de matières fécales? Et comme il vient d’Europe et n’a pas ici de prédateur, il attaque surtout les lis européens et laisse en paix les lis nord-américains… Il faut aussi savoir qu’il résiste à la plupart des pesticides (dont je ne me sers pas de toute façon). Tiens tiens… Larry Hodgson parle ici de traiter les plants à l’huile de margousier (neem). Voilà qui me plaît davantage! (À ajouter à la liste des achats horticoles incontournables…)

090817 066

Pour marque-pages : Permaliens.

2 réponses à Lis

  1. vieux bandit dit :

    Mise à jour: @MoiCLouLou, sur Twitter, m’apprend qu’après avoir arraché les lis cultivés chez elle pour cause de criocères… les bestioles se sont mises à attaquer ses lis sauvages. Comme quoi les livres ne savent pas toujours tout, tout le temps…

    Eh misère. Et moi? J’ai trouvé des criocères du lis dans ma pivoine. Alors les lis… dites-leur au revoir.

  2. Ping :Cri…ocères du lis | Les campagnonades

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.