L’année des semences

Ça fait des années que je veux le faire et que je dis que je vais le faire et que je devrais le faire. Eh bien! Je l’ai fait… un peu. J’ai gardé et conservé plusieurs semences cet automne. Bon, pas de tout. Les tomates, je n’étais pas convaincue, je vous l’ai dit, par les variétés que j’avais; j’ai donc attendu. Mais avec un potager 6.0, y a quand même certaines… certitudes. Du souci (calendula), des gaillardes, des lupins, des cosmos, des tournesols, c’est certain qu’on en voudra encore l’an prochain: j’ai fait un effort pour préserver leurs semences.
140919 236La ciboulette à l’ail, que je déménagerai encore l’an prochain, je la multiplierai encore, aussi. Et le persil frisé, le persil-plat et le persil-racine, mes bisannuelles en montaison, je les ai laissées aller pour mieux les reproduire.
140919 240Ciboulette à l’ail ci-dessus, souci ci-dessous.
140820 081Un truc qui a bien fonctionné pour moi, c’est de placer sur un plateau des barquettes récupérées une fois les champignons mangés. J’ai mis le plateau devant une fenêtre ensoleillée, et j’ai pu facilement ajouter les semences récoltées de temps à autre, en étant certaine que tout serait bien sec. J’ai récupéré des semences de tabac (ça colle!), de laitue, de radis (ça fait de belles gousses!), de pivoines (nécessairement hybrides, alors… wow!), de piment…
141027 057Mes méga-sacs à gelée ont servi, aussi! Bien plus pratique qu’un sac de papier, car l’air y voyage de tous les côtés. Je les ai suspendus à une fenêtre pour quelques semaines.
141027 076Pour l’entreposage hivernal (au frigo, le deuxième, dans lequel j’ai perdu tout un tiroir), j’ai réutilisé les superbes pots de levure à pain accumulés depuis longtemps pour leur verre qui rappelle les contenants des apothicaires.
141027 084J’ai eu quelques canneberges. Je les ai mises au congélateur avec une note. L’an prochain je tenterai de les faire germer, quand elles auront eu leur période de froid. Parce que pour certaines semences, les avoir ne suffit pas: il faut un traitement supplémentaire. Les semences de lupin ont besoin d’être scarifiées (on les entaille au coupe-ongles). Celles de canneberges ont besoin de froid. Pour les pivoines, c’est plus complexe. Bref, je fais mes premiers pas… On verra ce qui vivra, ce qui germera, ce qui poussera.

Taggé , , , .Mettre en favori le Permaliens.