La vie de Fred

Ce billet s’inscrit dans une série pour le vendredi sur les Campagnonades. J’y parle de notre réalité de l’apprentissage hors des murs de l’école.

J’ai choisi un programme de mathématiques pour ma fille (d’abord!) qui est en anglais, qui est américain et qui a été conçu particulièrement pour l’école-maison (pour une classe, il faudrait adapter pas mal!). J’ai envie de vous en parler un peu, parce qu’on est ici très loin du travail classique de nos salles de classe, loin aussi des feuilles et des feuilles d’équations similaires à faire en série, le temps que… l’enseignant s’occupe d’autre chose.

Life of Fred, c’est une très longue et vaste série de livres, qui accompagne l’élève jusqu’à l’étudiant universitaire. J’en ai 10, et ils forment la série pour l’élémentaire, soit jusqu’à 10 ans. Si on finit les 10 livres avec un élève de moins de dix ans, on recommence (et on intègre!). Nous en sommes d’ailleurs au huitième livre de dix… en première année (j’y reviens).

Chaque chapitre compte environ six pages de texte, de dessins malhabiles (c’est voulu) et d’illustrations, et se termine par des questions auxquelles l’élève répond par écrit avant de vérifier ses réponses. C’est donc une histoire? Moui. C’est l’histoire de Fred, qui a cinq ans et enseigne les mathématiques à l’université. Il vit dans son bureau et dort sous son pupitre avec Kingie, sa poupée artiste-peintre. C’est ridicule? Un peu, mais c’est drôle. Et surtout… Fred vit plein de choses qui exigent des mathématiques. C’est-à-dire, très précisément, que les mathématiques sont toujours utiles et appliquées. Elles servent à quelque chose. Toujours. (Ici je pense qu’il faut faire une petite pause. Je répète: avec Fred, les mathématiques servent toujours à quelque chose. Elles sont utiles. Vous trouvez ça différent de votre expérience scolaire passée? C’est le but! Jamais un élève de Fred ne demandera à quoi servent les mathématiques, car Fred rend ça évident.)

C’est une histoire, donc, et justement l’enfant qui aime les histoires sera toujours motivé: il voudra savoir ce qui va arriver à Fred, encore. Pourtant un seul livre de 19 chapitres pourra se passer en une seule journée pour Fred. Chez nous, on fait un chapitre par jour, cinq jours par semaine… et c’est par Fred qu’on commence nos journées. Parce que ma fille l’exige! Et un seul chapitre… c’est parce que je dis non à un deuxième!

Un bémol: Fred va à l’école du dimanche, et l’auteur est clairement croyant. Cependant, rien n’est axé là-dessus, c’est un contexte. J’ai craint que ça me dérange, mais non, c’est simplement une caractéristique culturelle du personnage (on ne compte pas d’anges ni rien).

Maintenant, les fleurs. J’adore Fred! Sous prétexte de parler de maths, l’auteur explique des mots de vocabulaire (c’est cpnçu pour de petits anglophones, alors c’est du vrai vocabulaire: caesura me vient en tête!) avec leur prononciation et donne toutes sortes de petites leçons de vie (Fred se fait avoir souvent: il n’a que cinq ans!). Comme on ne fait que lire une histoire, ma fille absorbe plein de concepts dès maintenant. Un nombre ordinal ou cardinal? Elle fait la différence depuis l’automne, et s’en souvient. En ce moment, elle apprend doucement ses tables de multiplication (elle a fait comme Fred et créé ses propres cartes-éclair!), et elle a fait (sans tout comprendre l’ensemble mais en faisant elle-même chaque sous-calcul) des divisions longues. Elle est en première année! Encore mieux: depuis des mois, elle voit des questions comme Trouve une valeur de x qui fait que ceci est vrai: 12 – x = 5. Eh ben… c’est de l’introduction à l’algèbre, ça! Dès la première année! Elle a aussi additionné des fractions!

Comprenez-vous un peu mieux pourquoi je ne veux absolument PAS que le programme officiel de l’école québécoise me soit imposé? J’ai choisi un programme adapté à l’enseignement individuel. En anglais, même si on fait nos calculs dans les deux langues (appelez ça un cours d’anglais en même temps, vu le vocabulaire général et mathématique acquis de cette manière). Un programme fascinant, stimulant, que je peux réutiliser pour mon fils (qui aime déjà Fred) et qui peut suivre mes enfants dans leur apprentissage mathématique jusqu’à l’université. J’ai trouvé un programme qui nous convient, qui fait progresser ma fille et lui ouvre des horizons. J’y tiens, et elle aussi.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.