La tranquillité d’esprit, ça se paie!

Y-a-tu de quoi de plus plate qu’un réservoir de mazout? Oui, et c’est devoir décontaminer le sol ou, dans notre cas, la fondation de la maison en cas de fuite du réservoir. Changer le réservoir (que l’inspecteur a catégoriquement déclaré devoir être remplacé tant il tenait uniquement par sa rouille), on pouvait savoir combien ça allait nous coûter (quatre chiffre; premier chiffre: 1; deuxième chiffre… 3), mais décontaminer, ça…! Je frissonne juste à y penser. Alors même si d’autres trucs pressent avant l’hiver, j’ai re(rere)chamboulé les priorités pour remplacer le réservoir au p.c. (car il faudra ensuite le remplir… et que je ne sais pas par chez vous, mais ici il commence à faire frette). Deux plombiers, une porte de garage ouverte (j’vous ai-ti dit qu’y fait frette?), des matériaux et du bruit, et deux heures plus tard nous avions une garantie (et le vieux réservoir? Parti!).

Mettons que quand on rêve de vie à la campagne, on n’a pas trop tendance à réserver une grande place au réservoir de mazout (qu’il ne faut pas appeler huile à chauffage, un anglicisme… donc ma fournaise à l’huile? C’est plutôt une chaudière à mazout! Vous me pardonnerez de ne pas utiliser chaudière auprès des experts du coin [dont certains cependant nous corrigent: l’Homme a dit vautour et s’est fait répondre urubu à tête rouge, alors que c’est lui qui voulait éviter de ne pas être compris!]). Ceci est donc un message d’intérêt public: réservez un coin de votre rêve campagnard pour les trucs moins jolis ou agréables. Ça fera déjà ça de moins en termes de surprises grinçantes. (Mon rêve ne comprenait au départ ni fournaise ni chaudière, mais lors de l’inspection il a subi toute une croissance du côté des impondérables désagréables! C’était accepter ça ou chercher ailleurs, tout en sachant que mieux-pour-nous était impossible, alors pas de regrets ici, mais un compte bancaire qui, au contraire du réservoir, semble rongé par les fuites!)

Une bonne chose de faite, comme on dit. Allez-y, dites-moi que telle ou telle solution est plus éconergétique, plus verte, plus ce que vous voulez. Attendez-vous à ce que je vous réponde que votre solution est géniale… si vous payez la note. Nous, on arrive, on se démène, et on fait avec. (Et quand on me dit que l’hydroélectricité est écologique, je comprends que mon interlocuteur n’a jamais vu un barrage de proche ou jamais eu conscience des désastres fauniques et environnementaux que sont les créations de réservoirs et de centrales, m’enfin… Y a aussi qu’Hydro Québec me les scie avec ses revenus prolifiques et ses augmentations sur le dos du pauvre monde.) Nous chaufferons surtout au bois (voleur sans coeur ni cervelle le permettant, car oui, du bois que l’Homme coupe avec d’autres hommes se fait voler régulièrement avant d’être transformé en bûches et d’être cordé, et comme bassesse j’ai de la difficulté à trouver mieux. Disons seulement que ce témoignage de petitesse d’esprit et de goujaterie criminelle donne à la pacifiste que je suis l’envie d’avoir un douze et de s’en servir. Passons) et au mazout (pourquoi pas seulement au bois? L’air soufflé du mazout réchauffe toute la maison très rapidement et… le poêle à bois de l’étage supérieur a besoin d’une inspection et sa cheminée de soins… oui, on n’en finit plus. Ou enfin, c’est pas cette année qu’on en finira!). Bref, il faut y aller une chose à la fois (voyez comme c’est facilement écrit et lu? Et pourtant!). Aujourd’hui, le réservoir. Demain… le monde! 🙂

Pour marque-pages : Permaliens.

2 réponses à La tranquillité d’esprit, ça se paie!

  1. Ping :Chauffage d’appoint | Les campagnonades

  2. Ping :Monsieur pattes sales | Les campagnonades

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.