La fiction, la réalité et les livres de cuisine

Vous voyez ce fouillis sur la photo (dur de faire autrement)? Pourtant il y a trois ans, la salle à manger et sa bibliothèque avaient fière allure, je vous jure! Ce qui s’est passé? La vie, ma chère, la vie! La puce qui grandit et qui sort chaque jouet et objet de tous les bacs et coffres, chaque jour, et pour laquelle il faut tout placer de plus en plus haut. Les outils qui s’accumulent, les courges qu’il faut caser quelque part, les conserves qui deviennent des pots vides qu’il faut garder jusqu’à la prochaine étape, les paresses qui en restent là, oubliées… Regarder la photo du passé me décourage un peu. Mais ce n’est même pas de mon fouillis que je veux parler! C’est plutôt de la tablette du milieu, celle avec les livres de cuisine.

J’en jasais l’autre jour avec l’amie Marmotte, pour apprendre qu’elle ADORE les livres de cuisine et les collectionne pratiquement. Comme je suis folle de livres et de lecture, on pourrait s’attendre à ce que ma passion se répande jusque dans la cuisine, mais… non. Les livres de cuisine… sont parmi les livres qui m’intéressent le moins. J’utilise mon Jehane Benoît, mon livre sur le pain sans pétrissage, celui sur la machine à pain, celui de Bernardin sur les conserves. J’en consulte parfois quelques autres. Mais c’est tout! La plupart m’ont été donnés (la très grande majorité). Je les regarde au départ. Et parfois même je fais une recette. Et c’est tout.

Mes inspirations viennent d’ailleurs. De lectures de magazines (rare que je fasse leurs recettes aussi mais ils peuvent m’inspirer autre chose). Des rabais. D’idées venues de partout et nulle part. Puis je vais en ligne trouver ce que je veux essayer, si même je cherche une source sur laquelle m’appuyer. Plus j’y pense, plus c’est étrange, parce que je fais pratiquement tout à partir de livres, qu’ils sont ma source principale d’apprentissage. Que je dévore les livres d’aménagement paysager et de jardinage d’un bout à l’autre, même les chapitres entiers sur le gazon qui pourtant ne m’inspire guère. Mais pour la cuisine? Je ne sais pas. Je ne suis jamais satisfaite. Trop de photos, pas assez, pas le ton que j’aime, pas d’indications assez claires sur les libertés à prendre… ce que je finis par utiliser comme livre de recette c’est un cartable (que je dois remplacer par un plus gros, d’ailleurs) qui réunit toutes les pages (toutes? non: vous en voyez sur la photo qui attendent leur insertion!) que j’ai imprimées avec des recettes pigées ici et là. Et ces pages sont cornées, tachées, annotées. Et c’est ce livre-là auquel je retourne souvent. À lui… ou à ce site-ci! 🙂

Taggé , , , , , , , , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

7 réponses à La fiction, la réalité et les livres de cuisine

  1. vieux bandit dit :

    Je l’ai fait: j’ai remplacé mon cartable par un plus gros. Mais… j’ai pas fini de tout y classer et insérer.

  2. manon dit :

    Tiens c’est drôle, j’aime parfois regarder certain livre de cuisine, mais très peu. Mes préférés sont plus des outils de référence pour des techniques (genre pour la confiserie et le travail du sucre) ou l’encyclopédie à mme Benoit moi aussi. C’est plus la base pour avoir le loisir de faire ce qu’on veut ensuite.

    Parlant livre de cuisine… j’en ai donné une pleine boîte à des amis et au centre d’entraide l’automne passé! J’ai gardé seulement ce qui me servait vraiment.

    Pis ma grand est entrain de se faire un cahier de recette! Quand elle cuisine, à la fin elle consigne la recette écrit à sa façon 🙂

    • vieux bandit dit :

      Exactement: mon livre de pain, c’est plus la technique et les variantes et idées que les recettes-recettes qui m’intéressent dedans! Mais je peux imaginer que dans quelques années je ne l’ouvrirai plus non plus.

      Les livres style « 800 sauces pour les pâtes », c’est plein de poussière ici. Et les livres de chefs « vedettes », je ne les aime pas trop trop. Que veux-tu que je fasse avec des photos de ces gars-là? Même les livres thématiques par pays/région, bof: y a jamais vraiment ce que je veux.

      J’vais peut-être attendre un peu avant de trop trier, par contre: on a un Coco de près de 16 ans, après tout… faudra l’inspirer et peut-être un jour pas si lointain l’aiguiller!

  3. Topinambulle dit :

    Le livre de recette auquel je reviens encore souvent est celui que j’ai reçu en partant en appartement 😉

    Sinon, je recherche sur internet et nous déclinons souvent la même recette en plusieurs variantes, en changeant ici et là quelques ingrédients.

    • vieux bandit dit :

      Et quel est ce fameux livre?

      Celui de Jehane Benoît est un peu ça pour moi, même si je l’ai reçu avant de « partir » en appartement… parce que je vivais dans le petit logement du sous-sol du duplex de ma mère (le paradis pour une ado!), et que dès 16 ans j’avais une cuisine autonome et complète (ce qui ne voulait pas dire que je ne montais pas manger ce que faisait ma mère!). Bref je l’ai eu avant de partir mais il a quand même ce statut de « première vraie référence à moi-à moi » 🙂

Répondre à manon Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.