Grand héron

Pas facile de le prendre en photo, le grand héron (Ardea herodias, great blue heron)! On en voit un depuis l’été passé, parfois dans l’étang près de la maison, parfois sur le terrain, parfois près du lac de nos voisins, devant. Il m’est arrivé de le fixer et de me faire fixer en retour. Puis si je baisse la tête une seconde (pour allumer mon appareil, par exemple), le grand volatile décolle. Timide, vous dites? Si vous ne savez pas quel bruit ça fait, un héron, vous risquez d’être surpris, voire déçu. Le grand héron vit en couple, et les deux adultes s’occupent du nid et des petits. Je comprends par là que mon ami le héron unique… est probablement, en fait, deux individus qui se relaient. Certains hérons vivent en couple, d’autres en colonie, et on ignore pourquoi (m’enfin c’est évident: certains sont campagnards et d’autres urbains!).

Il mange, c’est évident, du poisson. Ah oui, mais si je le vois sur le terrain plutôt que sur un plan d’eau, c’est qu’il peut aussi se satisfaire de mes grenouilles! De mes grenouilles, de mollusques, de crustacés, d’insectes, de rongeurs, de reptiles et de… petits oiseaux!

Je lis en ligne que le grand héron a une parade nuptiale précise, élaborée, magnifique. Eh bien j’ai perdu pas mal de temps à tenter de trouver une vidéo, en vain. Ça me turlupine, parce que je suis submergée d’images qui viennent de ma lecture de Even cowgirls get the blues (toujours pareil, quand je lis Tom Robbins: la lecture ne me fascine pas particulièrement, mais ensuite je reste plongée dans les images et les atmosphères pendant des années!), même si on parlait là plutôt de grues blanches (je vous l’ai dit, ma mère est née à l’île aux oies, voisine de l’île aux grues; j’ai donc toujours su ce qu’était une oie. Une grue? Ben… je pensais, toute petite, arriver à l’île et voir des grues comme ça, moi…). Tout de même, voici une description de sa gestuelle, qui le distingue de bien des oiseaux:

Le Grand Héron possède un riche répertoire d’expressions gestuelles. Il en affiche quelques-unes sur les sites d’alimentation, par exemple, lorsque deux Hérons s’approchent l’un de l’autre, le cou complètement allongé, la tête penchée vers l’arrière, les ailes partiellement déployées et le plumage hérissé. Dans d’autres cas, les Hérons lissent leur plumage, allongent le cou et inclinent la tête à gauche et à droite de façon à pouvoir regarder vers le haut, une posture qu’ils utilisent souvent quand des prédateurs et d’autres Hérons volent au-dessus de l’aire d’alimentation. Parfois, le Héron donne des coups de bec en direction d’un rival et des « duels de becs » éclatent, chaque Héron tentant de saisir la tête de l’autre dans son bec. Un autre ensemble d’expressions sont utilisées lorsqu’un des partenaires rentre au nid. L’oiseau qui arrive pousse souvent un cri particulier de salutation et celui au nid l’accueille de diverses manières. Quelquefois, le mâle apporte des brindilles à la femelle au nid. La femelle se livre alors à une gestuelle et accepte les brindilles, puis le mâle donne de petits coups sur les côtés du bec de la femelle pendant qu’elle place les brindilles dans le nid. (Source)

090828 019Là où moi je vois le plus grand échassier présent au Canada, les fonctionnaires de l’Ouest n’ont pas d’autre choix que d’appeler le héron… un bon indicateur à long terme du niveau des contaminants toxiques dans l’écosystème (source qui me met en rogne contre les humains et leur inconscience).

Photos de héron.

Pour marque-pages : Permaliens.

7 réponses à Grand héron

  1. Lucie Gaudreau dit :

    Quel oiseau magnifique n’est-ce pas?

    Comme je vis près de la Rivière aux brochets, j’en vois souvent et c’est toujours un plaisir. As-tu déjà entendu leur cri? C’est …. surprenant.

    Toutefois, mon préféré dans ce style d’oiseau, c’est la grande aigrette. Il y en avait une un jour au milieu de la rivière. J’ai pu l’observer un bon moment. Ensuite, elle a ouvert toutes grandes ses ailes; c’était…magique! On aurait dit un ange.

  2. vieux bandit dit :

    Magnifique et énorme!

    Son cri: suis le lien. Mais oui, la première fois que je l’ai entendu, je me suis écriée: « hein? kécéça? » 😉

    Wow, quelle chance pour la grande aigrette! Magique, c’est sans doute le mot!

    http://www.oiseaux.net/oiseaux/grande.aigrette.html

  3. Manon dit :

    J’adore la première photo avec l’effet miroir… et que dire de celle où il est de face, on dirait qu’il nous cause!!!

    « Bon encore une avec son appareil photo… »

    lol!

  4. La Marmotte dit :

    J’ai toujours trouvé qu’ils avaient un petit air préhistorique, ces hérons…

  5. Ping :Héron d'automne — Les campagnonades

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.