Euh… c’est pas normal, ça…

Au milieu de l’été, un bon (façon de parler) jour, c’est ça qui sortait de nos robinets. Ouache. Et au secours. Et que faire. La réponse? Rien, ou presque. Enfin, j’ai fait des recherches. Tout dépendait de la substance brunissante. En attendant, eau embouteillée, merci, et pas de lessive siouplè! Tout est revenu à la normale en deux jours, et nous avons eu beaucoup plus de peur que de mal. Dans ma grande ignorance de la chimie et de la bio (bon, certains profs ont vraiment essayé avec moi, mais…), pour autant que j’ai pu le déterminer, le brun, c’était de l’argile. Donc pas dangereux. Pourquoi dans nos tuyaus (donc dans le puits)? Je ne sais pas vraiment (z’avez des idées?). Tout ce que je sais, c’est qu’il n’avait pas plu depuis longtemps et que la voirie effectuait de gros travaux sur la route pas très loin. On soupçonne que la nappe phréatique a été remuée (du moins… si c’est possible… attendez que je me cache sous mon bureau question que vous ne me voyez pas rougir…). Je n’en sais pas plus, mais notre eau, magnifiquement pure et limpide, sans particule de quoi que ce soit, analyse à l’appui, est revenue. Tous ensemble: ouf!

Pour marque-pages : Permaliens.

4 réponses à Euh… c’est pas normal, ça…

  1. Manon dit :

    Je prends une chance,

    Tes voisins ont-ils labouré dernièrement? Ca brise l’argile en surface ça pis ya ben de l’argile dans la région de Lanaudière. Les particules fines d’argile se sont peut-etre rendues à ta source d’eau et ont finies par se déposer.

    C’est seulement une hypothèse… Revérifie tout ça le printemps prochain à la fonte des neiges (tu risque d’avoir la même surprise) et l’automne prochain lors des labours.

    Manon

    • vieux bandit dit :

      Ça dépend à quel point les labours peuvent être loin pour affecter mon eau, car notre terrain est complètement entouré (sur trois côtés, hein, faut quand même une route quelque part!) d’une réserve privée protégée, donc sans aucun labour. Le champ labouré le plus près… hmmm… bonne question! J’ai besoin de faire un petit tour en avion, moi làlà!

      Je suis en Mauricie, mais à un jet de pierre (okay, plutôt à un long coup de circuit) de Lanaudière. Chez nous c’est plutôt du loam argileux (là je cite une étude, car moi j’aurais dit « ben c’est du sable… » et tant qu’à faire aussi bien citer le GDT: « Matériau du sol contenant de 27 à 40 % d’argile et de 20 à 45 % de sable. »).

      Mais oui, les particules étaient très fines: dans un vase, elles ont mis plus de 24 heures à se déposer!

  2. Manon dit :

    Excuse-moi, comme tu parlais de la ferme Régis à Joliette je croyais que tu étais de Lanaudière… Tu es plus proche de Joliette ou de Trois-Rivières?

    Je sais pas chez vous, mais ici le niveau d’eau des rivières et ruisseaux est très haut présentement. Pis c’est pas parce qu’il a mouillé tant que ça.

    Pour la nappe phréatique, elle peut être formée à partir de l’eau filtrée du sol très loin de chez toi tu sais…

    En passant, l’argile c’est pas si pire que ça à boire. Y’en a qui l’achete à la pharmacie pour en préparer un mélange à boire et se détoxifier! Pis c’est ben efficace contre les piqures de moustiques en été j’en sais quelque chose (mais je prends celle à même mon sol, pas celle de la pharmacie!)

    • vieux bandit dit :

      Plus proche de Trois-Rivières (de Louiseville, en fait).

      Ici l’étang est bas… (je ne suis pas allée au lac depuis un bout de temps, mais j’y vais en fin de semaine, je regarderai!)

      Oui, c’est bien ce que je me disais: on n’en mourrait pas! Mais c’est l’envie devant le verre rempli de liquide brun, qui manque…!

      Eh bien si ça peut être affecté de loin, c’est soit les labours, soit les travaux sur la route. Je vote pour la route, comme ça on ne reverra pas ça de sitôt! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.