Durbec des sapins

Voilà longtemps que je n’avais pas parlé de nos visiteurs ailés. Pourtant on poursuit la distribution de graines et arachides, je vous assure! Cet hiver, on a vu jusqu’à 30 tourterelles ensemble ici! C’est sans compter les geais bleus, les mésanges, les sitelles à poitrine rousse et blanche, les corneilles, quelques juncos et de très nombreux sizerins flammés. Depuis décembre, on a aussi de nouveaux amis! D’abord une femelle (un juvénile? j’y reviens)… puis deux… puis trois! Et quelques semaines plus tard, immanquable en rouge, un mâle… et deux! Nous avons maintenant pour copains quelques durbecs des sapins (pine grosbeak*, Pinicola enucleator). (On les a beaucoup vu en décembre, puis moins en janvier, mais ils reviennent de temps à autre.)

J’ai vu (et vous voyez à votre tour) une femelle boire de la neige. Parlant de cet oiseau et du froid, une petite recherche me fait tomber sur le mot holarctique (qui me fait évidemment me demander ce que ça mange en hiver…). Hola… quoi? Eh bien apprenez avec moi que l’adjectif holarctique, qui qualifie cet oiseau, signifie:

Région botanique de l’hémisphère boréal, au nord de la Méditerranée en Europe, comprenant toute la Sibérie, le Nord de la Chine, la majeure partie de l’Amérique du Nord.

Un oiseau, donc, du nord, et commun au Canada (ils auraient pu le dire ainsi mais on n’aurait pas appris le mot holarctique! C’est pas parce que je vais l’oublier d’ici quelques minutes qu’il ne fallait pas le découvrir!). On trouve le chant de la femelle (en vidéo) sur le site de MétéoMédia (toujours une bonne façon de faire freaker un chat, ça…). Il semble qu’il mange de tout: en ligne on le voit partout sur de magnifiques arbustes aux baies persistantes, mais chez nous il se contente des graines sur la neige.

J’apprends (ici, en anglais) que le mâle juvénile ressemble en tous points à une femelle adulte ou juvénile jusqu’à sa deuxième année, lors de laquelle il perd ses plumes. Celles qui repoussent sont rougeâtres, et apparemment que certains jeunes mâles portent des plumes rouges ou orangées que n’ont pas les femelles. À nous donc de deviner à qui nous avons affaire sur les photos!

Sur cette dernière image, vous voyez le trou? C’est l’une des nombreuses issues de ce qui semble être un complexe hivernal pour écureuils roux. Vraiment, à part devoir être au froid tout l’hiver, il y a des avantages ludicopratiques à être un écureuil chez nous!

*Voyez l’importance du latin (dans un ménage bilingue en plus!)? Le durbec a beau s’appeler pine grosbeak, il n’est PAS (plus) appelé gros-bec, lui, au contraire du gros-bec errant!

Print Friendly, PDF & Email

Taggé , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

8 réponses à Durbec des sapins

  1. manon dit :

    🙂

    Ici j’ai eu droit une fois à un monsieur cardinal cet hiver, tsé le « VRAI » rouge!

    Ben quoi, j’ai juste ceuze à poitrine rose d’habitude!

  2. Lyne dit :

    Le cardinal(gros bec) à poitrine rose ne séjourne pas ici en hiver.On le voit à partir du milieu de mai.
    On a eu un cardinal femelle une seule fois il y a quelques années.On espérait que son mâle suivrait mais non il ne s’est jamais pointé.
    Côté durbec des pins on a eu quelques mâles et femelles au début de l’hiver mais ils sont disparus au bout de quelques jours.
    Autrement on a les mêmes oiseaux que toi à tous les jours.Je ne me passerais pas de leur présence animée.

    • vieux bandit dit :

      Bon, je me rends compte que je n’ai jamais publié/écrit de billet sur les poitrines roses… il me semblait pourtant… hmm. Vais devoir fouiller!

      Les durbecs sont encore ici, mais on les voit moins souvent (le couvert de neige a baissé, c’est peut-être ça).

      Moi non plus je ne m’en passerais pas! Ni des écureuils si rigolos!

  3. Lyne dit :

    Drôle de coincidence,en pelletant cet après-midi j’ai vu un trio de durbecs dans un tremble.Ils ne sont pas venus aux mangeoires mais je suis contente de savoir qu’ils sont dans le coin.

  4. Lyne dit :

    Yé!ce matin y a couple de durbec au pied d’une mangeoire et ils se bourrent la fraise.
    Coudonc s’il s’agit juste d’en parler pour les faire apparaître ,quels spécimens je pourrais bien souhaiter voir?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *