Colverts

J’avais ces deux photos dans un brouillon. J’ai toute une collection de brouillons… et je ne crois pas qu’elle m’aide, mais plutôt qu’elle me pèse un peu; y a du ménage à faire là (comme ailleurs, comme ailleurs!). N’empêche que ce couple de colverts (Anas platyrhynchos, mallards), vus à la fin avril il y a plus de deux ans, me fait du bien. Eh oui, comme l’an dernier, le sol chez nous s’est couvert de neige qui semble éternelle dès le début de novembre (le 6, pas le 1er comme en 2018, mais quand même…).

Il s’agit évidemment de l’espèce de canard la plus connue, la mieux reconnue (surtout quand le mâle, comme ici, porte son plumage nuptial). Les gens les chassent pour les manger; je préfère les observer. La femelle couve seule ses œufs pendant 28 jours (une semaine de plus que mes poules, c’est long!), et peut recommencer trois ou quatre fois si son nid est détruit, mais n’élève qu’une couvaison par année.

Quand je regarde ces deux images, je sais précisément où j’étais devant chez moi (le lac est celui des voisins) et je sais que j’allais promener mon chien. Je sens presque le soleil du printemps qui approche de mai. Il doit rester quelques bancs de neige, à l’ombre, ici et là. Le tussilage doit être en floraison. La terre est encore mouillée, détrempée, et je vais risquer mon soulier si je m’étire pour ramasser un déchet dans un fossé.

Pour le moment, par contre, nos amis colverts sont partis. Où? «vers le sud, l’est et l’ouest des États-Unis, en Amérique Centrale et en Amérique du Sud».

Taggé , , , .Mettre en favori le Permaliens.

2 réponses à Colverts