Cette main haute

J’ai de la chance: j’ai réussi à éviter d’entendre la chanson en traduit du parti libéral fédéral. André Racicot en a tiré un billet qui souligne avec justesse qu’il vaut mieux laisser la traduction à… ceux qui connaissent la musique!

Cet incident met en évidence le statut précaire de la traduction au Canada. Il constitue une démonstration éclatante du danger à s’en remettre à des amateurs qui s’improvisent traducteurs.

André Racicot : Au coeur du français

Et vous, parlez-vous traduit?

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.