Semis du jour

Aujourd’hui, j’ai semé de vieilles semences de sauge de jardin, des camerises (nos trois cultivars en version baies déshydratées) et des asters Hi-No-Maru. Avant-hier c’était les cerises de terre et les sunberry. Ah, j’ai aussi rempoté les 5 hibiscus qui ont poussé. Et là j’espère avoir un peu de temps pour les tomates. J’ai prévu 72 plants pour cet été, et 18 de plus pour une amie. Dieux des semis priez pour nous! 😉 [Le mètre de neige sur le terrain joue pour moi: mon Homme aussi a hâte à l’été, et il m’aide à aménager cet espace de semis qui pour nous prend des airs de serre!]

Au jardin de semis dans les derniers jours

En fin de semaine, avec ma fille, j’ai rempoté les persils plats, les lyciets de Chine (goji) et les basilics, et semé de nouveaux cosmos et des gaillardes. Les piments ont mis beaucoup de temps à germer, et n’ont pas fini, alors je suis en retard (dans ma tête surtout) pour les tomates. J’ai aussi eu un peu de fonte des semis, une première. La fonte et le retard ont une même cause: un espace plus frais que d’habitude. C’est le même espace de semis (avec des lampes et des tables de plus) que l’an dernier, mais moins chauffé, parce que pour avoir plus chaud dans l’espace plus habité, nous avons tout simplement ajouté deux portes dans les cadres en place. Oups. Leçon apprise. Maintenant le rythme va s’accélérer avec les tomates, les baies, les fleurs… il faudra récupérer mon espace le long des fenêtres pour les fleurs et les plantes qui ne craignent pas le froid, et ce sera vraiment la folie des semis. Et pour être bien claire: c’est un de mes moments préférés de toute l’année! (Voeu pour l’an prochain: un espace moins encombré de toutes sortes de choses qui n’ont plus leur place dans cet ancien garage devenu quasiment une serre intérieure. On y travaille, mais justement, il ne faut pas lâcher!)

Folie piments en semis intérieurs

Oui, ça se peut que je regrette quand viendra le temps de rempoter et d’aclimater. D’ici là, pas une miette. Je suis assez folle pour aller acheter d’autres néons au besoin si j’ai pas de place pour les tomates bientôt, et assez tenace pour que mon Homme les installe. Mais j’ai semé… oh que j’ai semé des piments!

  • Hungarian hot wax (4 godets à 3 semences chacun – semences de 2014 à finir)
  • Jwala (4 godets à 3 semences chacun – semences de 2012 à finir)
  • Gusto (4 godets à 2-3 semences chacun – semences de 2014 à finir)
  • Monet (4 godets à 3 semences chacun – semences de 2014 à finir)
  • Cow Horn (8 godets à 2 semences chacun – semences du Grand-Portage 2018 eues en cadeau surprise!)
  • Early Jalapeno (6 godets à 2 semences chacun – semences Fedco 2018)
  • Fish Hot Pepper (6 godets à 2 semences chacun – semences Fedco 2018)
  • Boldog Hungarian Spice Paprika (54 godets, 1 semence chacun car je n’en avais pas plus! – semences Fedco 2018)
  • Espelette (donc Gorria) (18 godets à 1-2 semences chacun – vieilles semences mal entreposées, on verra, mais au pire j’en ai d’autres ailleurs)

Aussi 6 aubergines Calliopie (2 semences par godet) et 2 artichauts Globe re-semés car les 7 autres avaient déjà germé. Au pire ça en fera 2 de plus que prévu.

Je ne laisserai pas (le cas échéant) 3 piments pousser ensemble. Mais 2, si 2 semences lèvent dans le même godet, oui, probablement, à moins que l’un semble chétif (dans le meilleur des cas, donc, 153 plants de piments – je suis foll emais je m’assume, car j’ai un plan, oh que oui!). Même chose pour les aubergines: si je peux en avoir 12, je les garderai toutes. Je vais les installer dans mon lit-baignoire du potager 1, où elles seront bien au chaud et bien visibles pour être bichonnées.

Le potager à venir

Le prochain potager (singulier… disons qu’on les prend ensemble, mes potagers… avec mes agrandissements prévus, ok?) sera mon dixième ici. Et je pars en folie, bien sûr. Avec des artichauts (tiens, pourquoi pas 9 plants? je viens de les semer!), entre autres! (Youpi, le basilic et la coriandre ont levé, et le mitsuba et le persil italien!) Je m’y prends trop d’avance? J’ai la fièvre des semis? Bah bah bah. J’ai l’espace, les tables et les néons requis. Les bords de fenêtres pour la suite, aussi. Le temps, je l’improvise ici et là. Et l’expérience acquise me dit que ça ira très bien comme ça, merci (ceux [experts et autres] qui disent d’attendre et d’attendre n’ont peut-être pas à gérer la vie avec les Mouches Noires en majuscules, mais moi oui, fin mai, et mon avance me sert bien chaque année, et ce, sans plants étiolés). Bref je fais à ma tête, et chaque année je confirme que j’avais raison, alors (vieillir n’est pas seulement agréable, mais j’avoue que pour certains côtés, comme se faire confiance malgré tout ce qu’on peut lire, oui!)… 😉

Un melon avec ça?

Je lis au moins un livre par année sur le jardinage, l’horticulture, la permaculture, tout ça. Je viens de finir celui-ci, publié récemment, le Guide to Vegetable Gardening de Mother Earth News. Je prépare mon dixième potager campagnard, et je trouvais bon de choisir pour l’occasion un guide qui (re)partirait… Lisez la suite

Cypripède acaule

Les grands esprits se rencontrent peut-être, mais moi mon esprit s’égare… pour se rejoindre plus loin. Ainsi quand je plonge un peu dans mes brouillons de billets jeunes et vieux, je constate souvent qu’un brouillon a été oublié… même si plus tard j’ai publié un billet sur précisément le même… Lisez la suite

Potager spontané

Prenez une volière à poules désaffectée après un été d’utilisation, dont la structure a cédé sous la neige de l’hiver. Soyez trop occupés pour en faire quoique ce soit au printemps.Laissez passer l’été. Un été froid, pluvieux, au printemps innondé et prolongé. Un été qui déçoit un peu côté potager.… Lisez la suite

Monotrope uniflore

Quand on le remarque, on pense souvent d’abord qu’il s’agit d’un champignon. Mais non: c’est le monotrope uniflore (Monotropa uniflora, Indian pipe, Ghost pipe). C’est tout simplement que c’est une plante qui n’a pas de chlorophylle. J’apprends ici que… En fait, le Monotrope uniflore s’alimente principalement en s’immisçant dans une… Lisez la suite

Stellaire à feuilles de graminée

Voici une très jolie fleur sauvage que je n’avais jamais remarquée avant, la stellaire à feuilles de graminée (Stellaria graminea, Grass-leaved starwort). Le très utile site Flore du Québec (très utile quand on souhaite identifier une plante sauvage par sa fleur!) m’apprend deux faits à retenir à son sujet: Cette… Lisez la suite

Viorne boule de neige

La viorne boule de neige (ou viorne obier, Viburnum opulus, Eastern snowball) est sur mon terrain depuis avant notre arrivée. Et elle va bien. Chaque année, sans savoir ce qu’elle est, nous l’admirons. Bon, en le disant comme ça on passe pour des imbéciles, mais quand un arbuste va bien,… Lisez la suite

Oeillet à delta

Voici un petit oeillet rose fluorescent, l’oeillet à delta (œillet couché ou œillet glauque, Dianthus deltoïdes, Maiden pink) que j’admire depuis des années quand je le vois sur mon terrain, sans pour autant (que je me souvienne…) l’avoir identifié avant. Cette année, ça a changé: ma fille l’a vu et… Lisez la suite

Sabot de la vierge

Sabot de la vierge

Évidemment, j’aime les mots. Et (donc?) parfois, entre deux noms, c’est le plus compliqué que je vais retenir. Comme ici, ce sabot de la vierge… le cypripède acaule (Cypripedium acaule, lady’s slipper), évidemment! C’est tranquille, ces jours-ci, sur mes Campagnonades, et je sens que je vais vous offrir une belle… Lisez la suite

Lierre terrestre

De petites fleurs mauves à travers la pelouse (et ici autour du jardin d’eau), fort hâtives? Du lierre terrestre! (Glechoma hederacea, Ground ivy) Il survit à la tonte, pour qui chercherait un couvre-sol florissant, aromatique et parfait pour les pollinisatrices. Et je suis pas mal certaine que c’est lui qui… Lisez la suite