Bouton-d’or

Cette mignonne renoncule âcre (Ranunculus acris, bouton-d’or, grande renoncule, etc.), si jolie soit-elle, est considérée comme une plante indésirable. Enfin, pas particulièrement chez nous, où un seul plant s’élève d’une longue rangées d’hémérocalles qui n’ont pas encore fleuri, mais je viens d’apprendre que cette classification est justifiée…

Voyez-vous, il paraît que lorsqu’on manipule la plante, la ranunculine qu’elle contient se dégrade en protoanémonine qui cause de l’eczéma de contact (ces toxines disparaissent une fois la plante séchée, toutefois). (Source en anglais.) C’est une bonne raison de porter des gants de jardinage! Une autre bonen raison? Éviter les tiques!

Le bouton-d’or est aussi problématique pour les ruminants, qui peuvent souffrir, après consommation, de salivation excessive, d’irritations cutanées, de problènes abdominaux, d’inflammation et de diarrhée. Par contre, notre renoncule âcre, le nom le dit, a une saveur amère, que les animaux évitent s’ils peuvent trouver mieux (ouf!). Et une fois sèche dans le foin, plus de problème. Il arrive par contre que des animaux aiment sa saveur et en meurent, aussi les agriculteurs doivent-ils en contrôler l’invasion dans les prairies, où elle tente d’étouffer les espèces indigènes. (Source en anglais.)

Pour marque-pages : Permaliens.

2 réponses à Bouton-d’or

  1. Éric dit :

    Ah ben! J’en ai aussi plein sur mon terrain (enfin, ça y ressemble vraiment beaucoup si ce n’est pas ça) et j’ai jamais observer de problèmes cutanés, ni Anne d’ailleurs qui se fait une joie d’en cueillir tout plein. Va falloir que je regarde ça de plus près.

    • vieux bandit dit :

      On dirait que je trouve des dangers potentiels à chaque plante! Je porte habituellement des gants, mais… samedi, j’ai trouvé une autre « talle » de fraises des champs pleine de fruits énormes. C’était sur la berge de l’étang, et j’ai dû m’appuyer sur plusieurs plantes. Quinze minutes plus tard je rentre avec ma récolte… et mes deux bras se couvrent de boursouflures qui piquent, mais qui piquent! Je ne crois pas qu’il y avait de bouton d’or dans les parages. Alors je réagis à quelque chose d’encore non identifié! (chouette…) En attendant je vais m’efforcer d’adopter gants et manches longues (mais pour les fraises, on oublie les gants et je suis prête à souffrir!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.