Bourrache

Je ne me souviens même plus pourquoi j’ai de la bourrache (Borago officinalis, borage) au potager depuis longtemps (possiblement le potager 1.0 et nous en sommes à la version 6.0 déjà, en cette sixième année de campagnonades). Peut-être (sans doute…) un bouquin (ou un article de magazine) qui disait à quel point elle attire les pollinisatrices et donc est bénéfique au jardin. Quoi qu’il en soit, la belle, avec ses fleurs bleues (bleues!), se re-sème seule, et ça, moi, j’aime ça! (Sauf que voilà, il faut faire attention quand on marche là où elle s’est semée seule, car pour attirer les pollinisatrices, elle les attire, ça, c’est indéniable! Ses plants buissonnants — 30 à 80 cm de hauteur — bourdonnent!)140730 014Elle est très mellifère (elle produit beaucoup de nectar)… d’où son attarit pour les butineuses, mais justement, je me demande si ce n’est pas ce qui m’a d’abord attirée vers elle, car je rêve d’abeilles! Les fleurs peuvent être mangées ou utilisées en tisane, mais apparemment pas trop ni trop régulièrement, car il y aurait un risque pour le foie (paraît-il, hein, et je vous encourage à pousser plus avant la recherche si ça vous intéresse! Selon ce que je lis, tant que vous ne mangez pas uniquement des salades de bourrache pendant un mois, ça devrait aller!). Ce que je sais cependant, c’est que les petits poils qui la couvrent sont urticants pour moi, et que c’est une autre plante que j’approche avec des manques longues (les feuilles de radis font réagir ma peau, comme les feuilles des courges et courgettes).
140707 053Pour en savoir beaucoup, beaucoup plus, suivez ce lien. J’en ai tiré les quelques renseignements qui suivent!
140707 054

Les parties vertes de la plante dégagent une forte odeur de concombre. Elle produit en abondance de petites fleurs en forme d’étoiles passant du violet au bleu ciel, puis au rose lorsqu’elles commencent à décliner. Celles-ci sont comestibles, mais doivent être détachées du calice velu à cinq sépales et des akènes regroupés en quatre graines au centre de la fleur. La floraison éphémère se renouvelle quotidiennement et s’étale généralement sur deux mois, de la mi-juillet à la mi-septembre au Québec. Les graines brunes noirâtres dépourvues d’albumen parviennent à maturité de façon graduelle. Les fleurs sont auto-stériles et la pollinisation doit être assurée par les insectes.

140707 056

Elle a également des propriétés anti-fongiques, entre autres, contre la moisissure grise, ce qui en ferait une plante compagne intéressante pour le fraisier.

(Voilà qui m’intéresse aussi parce que l’an prochain j’aimerais bien ajouter des fraisiers à notre terrain!)

Taggé , , , , , , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

2 réponses à Bourrache

  1. manon dit :

    Ben moi je note pour les fraisiers 😉

    Merci madame!

    • vieux bandit dit :

      Tes fraises sont-elles remontantes? Là on croule sous les rénos/projets/choses à faire alors l’idée des fraises… ouan. Mais au printemps, oisivement feuilletant des cataloyes… j’me connais, je vais vouloir commander 400 fraisiers. Au secours!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.