Bernaches de juin

Je tire une fierté éhontée de l’intérêt que portent mes enfants à tout ce qui est vivant (ou moins, ou pas). Chez nous, quand on entend des oies ou des bernaches, c’est pas tellement compliqué: tout le monde se garroche dehors pour les voir (on fait souvent pareil pour les hélicoptères, mais seulement ceux qui volent bas). Hier matin, bernaches. J’étais sur la terrasse, et elles tournoyaient en groupe. J’entre chercher mon appareil, et les enfants entraient par l’autre porte. Le groupe faisait un dernier virage pour s’installer sur le lac des voisins devant chez nous. Pas d’hésitation à y avoir: fiston à droite, fille à gauche, nous voilà traversant la route!

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.