Agrandir par dehors

Ma mère utilise parfois l’expression agrandir par en-dedans quand on parle de réorganisation, de tri et de ménage intérieur. Voilà que nous avons, cette fois, agrandi par dehors. J’ai demandé à l’Homme de sortir sa scie (je n’ai jamais besoin de le prier longtemps) pour enlever une talle de bouleaux. C’est pas que je ne les aimais pas, mais c’est que c’était une tentative forestière d’envahissement. Ah c’est tout naturel: la forêt veut reprendre ses droits! Et en théorie je veux bien, mais en pratique chez nous… cette tentative était en ligne droite avec, justement, la ligne droite (mettons) que je veux faire avec nos baies! Déjà l’an passé les bouleaux je voulais les voir partir mais cette année, ha: les plants à planter étaient commandés et en route!

Pour vous, c’est un tas de petits arbres coupés. Pour moi? Comme si on avait enlevé un grand pan de rideau sur le côté du potager! Ah, on n’y pense pas chaque jour, mais en quatre ans, on s’habitue aux zones sombres et claires du terrain. Et là… on vient de changer la donne pour une portion de chez-nous!

Taggé , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Une réponse à Agrandir par dehors

  1. manon dit :

    Oh que je crois bien saisir ce que tu dis 🙂

    Ici on doit constamment enlever des nouveaux arbres car oui ici c’est la foret qui gagne sur mon terrain.

    Parlant de ça… faut voir à certain arbres ici… entre autre celui qui a été frappé par la foudre il y a 6-7 ans. Il est malade depuis et ça serait bête qu’il tombe sur le cabanon, ou pire la maison si le vent souffle du mauvais bord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.